Les dictées au cycle 3

Contacts - Pédagogie - Journal d'école - Activités - Cantine - Inscriptions - Direction d'école - Calendrier scolaire  - règlement intérieur - Accueil-index des pages du site

Organisation de la dictée en classe - des textes pour les dictées

Comment faire pour que nos élèves apprennent à écrire correctement notre belle langue en respectant la norme orthographique ?

On pourrait déjà répondre : Il faut lire pour s'imprégner, apprendre les règles de base de l'orthographe d'usage, de l'orthographe grammaticale, connaître la grammaire, la conjugaison, avoir du vocabulaire et avoir "photographié" un nombre important de mots. Il faut être convaincu de l'intérêt d'écrire "juste" en respectant la norme qui est bien compliquée. Il faut s'entraîner et se rendre compte de ses erreurs. Il faut donc beaucoup de compétences et de maturité...

Les dictées font partie de l'arsenal pour apprendre l'orthographe. Encore faut-il que ce soit un exercice formateur. Si la dictée n'est qu'un contrôle des compétences acquises, elle est mal vécue par la grande majorité des enfants, et surtout elle n'apporte aucune compétence supplémentaire... Il existe des dictées préparées par une série d'exercices, les autodictées. Cela ne me satisfaisait pas et je ne voyais pas les élèves en difficulté progresser. C'est pourquoi j'ai voulu trouver une autre façon de faire les dictées, afin de rendre cet exercice vraiment formateur, sans être mal vécu.

Avec Colette Gillet (une amie et une collègue), nous avons réfléchi sur nos pratiques en classe et avons tenté de monter notre propre système qui s'est fortement inspiré du livre : SAVOIR ORTHOGRAPHIER - coordonné par André Angoujard - Hachette éducation INRP-1994.

Voici comment se passe l'heure hebdomadaire de dictée dans ma classe

 Je lis le texte une fois et explique aux enfants ce qu'ils n'ont pas compris. Ensuite, tous les enfants prennent leur cahier de brouillon, excepté un volontaire qui va écrire le texte derrière le tableau. Je dicte le texte lentement (j'évite de répéter pour obtenir toute l'attention des enfants) en surveillant l'écriture de l'enfant qui se trouve au tableau (afin qu'elle soit lisible par les autres). Après la dictée, je relis le texte pour que chacun puisse vérifier s'il n'y a pas d'oublis. Les enfants soulignent les verbes conjugués et réfléchissent aux accords de ces verbes (ils en cherchent le sujet). Nous retournons le tableau et faisons une correction collective. Pendant ce temps, chacun corrige son brouillon (que le maître ne regardera pas). En fin de correction, tout le monde relit le texte au tableau et pose des questions si nécessaire.

Chacun range son brouillon et prend son cahier du jour. Commence alors la "véritable" dictée (toujours en évitant de répéter le texte). Chacun doit penser à sauter des lignes. J'indique la ponctuation et cale ma vitesse de lecture sur l'élève le plus lent. Je relis le texte en fin de dictée. Chacun a le temps qu'il veut pour se relire (généralement deux minutes suffisent). Je ramasse les cahiers et les redistribue en les mélangeant. Chacun va devoir corriger, au stylo vert, la dictée d'un camarade. Il réécrira les mots mal orthographiés au dessus de l'erreur, car nous avons tendance à recopier l'erreur si nous réécrivons le mot en dessous du modèle erroné (le modèle se trouve dans notre champ de vision). Ensuite, les correcteurs me ramènent le cahier qu'ils ont corrigé (on voit mieux les erreurs des autres que les siennes... Revoir l'histoire de la poutre et de l'allumette dans l'œil du voisin...) je refais une deuxième correction et indique les groupes de mots mal orthographiés que l'enfant devra réécrire cinq fois pour s'entraîner. Ne pas écrire un mot seul car son orthographe dépend du contexte (mangé ou as écrit seul n'a pas de sens, par contre tu as mangé a du sens).

les CM1 pendant la dictée

 

Des textes pour les dictées

J'utilise toutes sortes de textes littéraires ou scientifiques ayant un sens complet. On en trouve dans plusieurs livres de français pour le cycle 3. Voici une quarantaine de textes qui peuvent servir au cours moyen. Ils sont extraits de textes d'auteurs plus ou moins anciens, parfois modifiés. La longueur des dictées est adaptée aux enfants de CM. Pour des élèves de CE2, je choisis des textes plus simples.

Les habits neufs de l'empereur (1) Conte d'Andersen

Il y a plusieurs années, vivait un empereur qui aimait tellement les costumes neufs, qu'il dépensait tout son argent pour être bien habillé. Il ne se souciait pas de ses soldats, ni du théâtre, et n'aimait pas aller se promener dans la forêt; tout ce qui lui importait, c'était de se montrer dans ses habits neufs. Il avait un costume pour chaque jour de la semaine et tandis qu'on dit habituellement d'un roi qu'il est au conseil, on disait toujours de lui: "L'empereur est dans sa garde-robe!"

 

Les habits neufs de l'empereur (2) Conte d'Andersen

Dans la grande ville où il habitait, la vie était gaie et chaque jour beaucoup d'étrangers arrivaient. Un jour, deux escrocs vinrent, prétendirent être tisserands et se targuèrent de pouvoir tisser la plus belle étoffe que l'on pût imaginer. Non seulement les couleurs et le motif étaient-ils exceptionnellement beaux, mais les vêtements qui en étaient confectionnés possédaient l'étonnante propriété d'être invisibles aux yeux de ceux qui ne convenaient pas à leurs fonctions ou qui étaient simplement idiots.

 

Les habits neufs de l'empereur (3) Conte d'Andersen

Dans la ville, tout le monde parlait de la magnifique étoffe, et l'empereur voulu la voir de ses propres yeux tandis qu'elle se trouvait encore sur le métier. Accompagné de toute une foule de dignitaires, dont le ministre et le fonctionnaire, il alla chez les deux malins escrocs, lesquels s'affairaient à tisser sans fibres ni fils.

 

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (1) Conte d'Andersen

Il faisait effroyablement froid; il neigeait depuis le matin; il faisait déjà sombre; le soir approchait, le soir du dernier jour de l'année. Au milieu des rafales, par ce froid glacial, une pauvre petite fille marchait dans la rue: elle n'avait rien sur la tête, elle était pieds nus. Dans son vieux tablier, elle portait des allumettes: elle en tenait un paquet à la main.

 

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (2) Conte d'Andersen

Des flocons de neige couvraient sa longue chevelure blonde. De toutes les fenêtres brillaient des lumières: de presque toutes les maisons sortait une délicieuse odeur, celle de l'oie, qu'on rôtissait pour le festin du soir: c'était la Saint-Sylvestre. Cela lui faisait arrêter ses pas errants.

 

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (3) Conte d'Andersen

L'enfant avait ses petites menottes toutes transies. "Si je prenais une allumette, se dit-elle, une seule pour réchauffer mes doigts? " C'est ce qu'elle fit. Quelle flamme merveilleuse c'était! Il sembla tout à coup à la petite fille qu'elle se trouvait devant un grand poêle en fonte, décoré d'ornements en cuivre. La petite allait étendre ses pieds pour les réchauffer, lorsque la petite flamme s'éteignit brusquement: le poêle disparut, et l'enfant restait là, tenant en main une allumette noircie.

 

Alphonse DAUDET : l'Arlésienne

Pour aller au village, en descendant de mon moulin, on passe devant un mas bâti près de la route au fond d'une grande cour plantée de micocouliers. C'est la vraie maison du ménager de Provence, avec ses tuiles rouges, sa large façade brune irrégulièrement percée, puis tout en haut la girouette du grenier, la poulie pour hisser les meules et quelques touffes de foin brun qui dépassent...

 

Les deux auberges (1)

C'était en revenant de Nîmes, une après-midi de juillet. Il faisait une chaleur accablante. À perte de vue, la route blanche, embrasée, poudroyait entre les jardins d'oliviers et de petits chênes, sous un grand soleil d'argent mat qui remplissait tout le ciel. Pas une tache d'ombre, pas un souffle de vent. Rien que la vibration de l'air chaud et le cri strident des cigales.

 

Les deux auberges (2)

Le voisinage de ces auberges avait quelque chose de saisissant. D'un côté, un grand bâtiment neuf, plein de vie, d'animation, toutes les portes ouvertes, la diligence arrêtée devant, les chevaux fumants qu'on dételait, les voyageurs descendus buvant à la hâte sur la route dans l'ombre courte des murs; la cour encombrée de mulets, de charrettes; des rouliers couchés sous les hangars en attendant la fraîche.

 

Les deux auberges (3)

Elle se retourna lentement, et me laissa voir une pauvre figure de paysanne, ridée, crevassée, couleur de terre, encadrée dans de longues barbes de dentelle rousse comme en portent les vieilles de chez nous. Pourtant ce n'était pas une vieille femme; mais les larmes l'avaient toute fanée.

 

En Camargue

Le Mas-de-Giraud est une vieille ferme des seigneurs de Barbentane, où nous entrons pour attendre le garde qui doit venir nous chercher. Dans la haute cuisine, tous les hommes de la ferme, laboureurs, vignerons, bergers, sont attablés, graves, silencieux, mangeant lentement, et servis par les femmes qui ne mangeront qu'après.

 

Le petit Chose (1)

Je suis né dans une ville du Languedoc où l'on trouve, comme dans toutes les villes du Midi, beaucoup de soleil, pas mal de poussière, un couvent de carmélites et deux ou trois monuments romains. Mon père, qui faisait à cette époque le commerce des foulards, avait, aux portes de la ville, une grande fabrique dans un pan de laquelle il s'était taillé une habitation commode, ombragée de platanes, et séparée des ateliers par un vaste jardin.

 

Le petit Chose (2)

J'avais alors six ou sept ans. Comme j'étais très frêle et maladif, mes parents n'avaient pas voulu m'envoyer à l'école. Ma mère m'avait seulement appris à lire et à écrire, plus quelques mots d'espagnol et deux ou trois airs de guitare, à l'aide desquels on m'avait fait, dans la famille, une réputation de petit prodige. Grâce à ce système d'éducation, je ne bougeais jamais de chez nous.

 

Le petit Chose (3)

Un singulier enfant que mon frère Jacques; en voilà un qui avait le don des larmes! D'aussi loin qu'il me souvienne, je le vois les yeux rouges et la joue ruisselante. Le soir, le matin, de jour, de nuit, en classe, à la maison, en promenade, il pleurait sans cesse, il pleurait partout. Quand on lui disait : "Qu'as-tu?" Il répondait en sanglotant: "Je n'ai rien." Et, le plus curieux, c'est qu'il n'avait rien.

 

Le moulin (1)

Ce sont les lapins qui ont été étonnés !... Depuis si longtemps qu'ils voyaient la porte du moulin fermée, les murs et la plate-forme envahis par les herbes, ils avaient fini par croire que la race des meuniers était éteinte, et, trouvant la place bonne, ils en avaient fait quelque chose comme un quartier général.

 

Le moulin (2)

Il faut vous dire qu'en Provence, c'est l'usage, quand viennent les chaleurs, d'envoyer le bétail dans les Alpes. Bêtes et gens passent cinq ou six mois là-haut, logés à la belle étoile, dans l'herbe jusqu'au ventre ; puis, au premier frisson de l'automne, on redescend au mas, et l'on revient brouter les petites collines grises que parfume le romarin...

 

La chèvre de Monsieur Seguin (1)

M. Séguin n'avait jamais eu de bonheur avec ses chèvres. Il les perdait toutes de la même façon : un beau matin, elles cassaient leur corde, s'en allaient dans la montagne, et là-haut le loup les mangeait. Ni les caresses de leur maître, ni la peur du loup, rien ne les retenait. C'était, paraît-il, des chèvres indépendantes, voulant à tout prix le grand air et la liberté.

 

La chèvre de Monsieur Seguin (2)

Ah! Gringoire, qu'elle était jolie la petite chèvre de M. Séguin! qu'elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande! C'était presque aussi charmant que le cabri d'Esméralda, tu te rappelles, Gringoire ? - et puis, docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l'écuelle. Un amour de petite chèvre...

 

La chèvre de Monsieur Seguin (3)

M. Séguin avait derrière sa maison un clos entouré d'aubépines. C'est là qu'il mit la nouvelle pensionnaire. Il l'attacha à un pieu, au plus bel endroit du pré, en ayant soin de lui laisser beaucoup de corde, et de temps en temps, il venait voir si elle était bien. La chèvre se trouvait très heureuse et broutait l'herbe de si bon cœur que M. Séguin était ravi.

 

La chèvre de Monsieur Seguin (4)

Quand la chèvre blanche arriva dans la montagne, ce fut un ravissement général. Jamais les vieux sapins n'avaient rien vu d'aussi joli. On la reçut comme une petite reine. Les châtaigniers se baissaient jusqu'à terre pour la caresser du bout de leurs branches. Les genêts d'or s'ouvraient sur son passage, et sentaient bon tant qu'ils pouvaient. Toute la montagne lui fit fête.

 

Les étoiles

Du temps que je gardais les bêtes sur le Luberon, je restais des semaines entières sans voir âme qui vive, seul dans le pâturage avec mon chien et mes ouailles. De temps en temps un ermite passait par là pour chercher des simples ou bien j'apercevais la face noire de quelque charbonnier du Piémont; mais c'étaient des gens naïfs, silencieux à force de solitude, ayant perdu le goût de parler et ne sachant rien de ce qui se disait en bas dans les villages et les villes.

 

La cabane

Un toit de roseaux, des murs de roseaux desséchés et jaunes, c'est la cabane. Ainsi s'appelle notre rendez-vous de chasse. Type de la maison camarguaise, la cabane se compose d'une unique pièce, haute, vaste, sans fenêtres, et prenant jour par une porte vitrée qu'on ferme le soir avec des volets pleins. Tout le long des grands murs crépis, blanchis à la chaux, des râteliers attendent les fusils, les carniers, les bottes.

 

La dernière classe

Ce matin-là, j'étais très en retard pour aller à l'école, et j'avais grand-peur d'être grondé, d'autant que notre maître nous avait dit qu'il nous interrogerait sur les participes, et je n'en savais pas le premier mot. Un moment l'idée me vint de manquer la classe et de prendre ma course à travers champs. Tout cela me tentait bien plus que la règle des participes ; mais j'eus la force de résister, et je courus bien vite vers l'école.

 

La messe

C'est la messe de minuit qui commence. Dans la chapelle du château, une cathédrale en miniature, aux arceaux entrecroisés, aux boiseries de chêne, montant jusqu'à hauteur des murs, les tapisseries ont été tendues, tous les cierges allumés. Et que de monde! Et que de toilettes!

 

Hansel et Gretel Conte de Grimm

A l'orée d'une grande forêt vivaient un pauvre bûcheron, sa femme et ses deux enfants. Le garçon s'appelait Hansel et la fille Grethel. La famille ne mangeait guère. Une année que la famine régnait dans le pays et que le pain lui-même vint à manquer, le bûcheron ruminait des idées noires, une nuit, dans son lit et remâchait ses soucis. Il dit à sa femme
- Qu'allons-nous devenir ? Comment nourrir nos pauvres enfants, quand nous n'avons plus rien pour nous-mêmes ?

 

Le Petit Chaperon rouge. Conte de Grimm

Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait bien, surtout sa grand-mère. Elle ne savait qu'entreprendre pour lui faire plaisir. Un jour, elle lui offrit un petit bonnet de velours rouge, qui lui allait si bien qu'elle ne voulut plus en porter d'autre. Du coup, on l'appela "Chaperon rouge".

 

Le Petit Chaperon rouge (2). Conte de Grimm

Le Loup tire la chevillette, la porte s'ouvre et sans dire un mot, il s'approche du lit de la grand-mère et l'avale. Il enfile ses habits, met sa coiffe, se couche dans son lit et tire les rideaux. Pendant ce temps, le petit Chaperon Rouge avait fait la chasse aux fleurs. Lorsque la fillette en eut tant qu'elle pouvait à peine les porter, elle se souvint soudain de sa grand-mère et reprit la route pour se rendre auprès d'elle. Elle fut très étonnée de voir la porte ouverte...

 

BARBE BLEUE Perrault

Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne, de la vaisselle d'or et d'argent, des meubles en broderie, et des carrosses tout dorés; mais par malheur cet homme avait la barbe bleue : cela le rendait si laid et si terrible, qu'il n'était ni femme ni fille qui ne s'enfuit devant lui.

 

Le Sapin Conte d'Andersen

Là-bas, dans la forêt, il y avait un joli sapin. Il était bien placé, il avait du soleil et de l'air ; autour de lui poussaient de plus grands camarades, pins et sapins. Mais lui était si impatient de grandir qu'il ne remarquait ni le soleil ni l'air pur, pas même les enfants de paysans qui passaient en bavardant lorsqu'ils allaient cueillir des fraises ou des framboises.
" Oh ! si j'étais grand comme les autres, soupirait le petit sapin, je pourrais étendre largement ma verdure et, de mon sommet, contempler le vaste monde. Les oiseaux bâtiraient leur nid dans mes branches et, lorsqu'il y aurait du vent, je pourrais me balancer avec grâce comme font ceux qui m'entourent. "

 

Le rossignol Conte d'Andersen

Dans le jardin poussaient des fleurs merveilleuses; et afin que personne ne puisse passer sans les remarquer, on avait attaché aux plus belles d'entre-elles des clochettes d'argent qui tintaient délicatement. Vraiment, tout était magnifique dans le jardin de l'empereur, et ce jardin s'étendait si loin, que même le jardinier n'en connaissait pas la fin.

 

Le stoïque soldat de plomb (1). Conte d'Andersen

Il y avait une fois vingt-cinq soldats de plomb, tous frères, tous nés d'une vieille cuillère de plomb. L'arme au bras, la tête droite, leur uniforme rouge et bleu n'était pas mal du tout.

La première parole qu'ils entendirent en ce monde, lorsqu'on souleva le couvercle de la boîte fut : des soldats de plomb ! Et c'est un petit garçon qui poussa ce cri en tapant des mains. Il les avait reçus en cadeau pour son anniversaire et tout de suite il les aligna sur la table.

 

Le stoïque soldat de plomb (2). Conte d'Andersen

Les soldats se ressemblaient exactement, un seul était un peu différent, il n'avait qu'une jambe, ayant été fondu le dernier quand il ne restait plus assez de plomb. Il se tenait cependant sur son unique jambe aussi fermement que les autres et c'est à lui, justement, qu'arriva cette singulière histoire.

 

Le stoïque soldat de plomb (3). Conte d'Andersen

Le lendemain matin, quand les enfants se levèrent, le soldat fut placé sur la fenêtre. Tout à coup - par le fait du petit diable ou par suite d'un courant d'air -, la fenêtre s'ouvrit brusquement, le soldat piqua, tête la première, du troisième étage. Quelle équipée ! Il atterrit la jambe en l'air, tête en bas, sur sa casquette, la baïonnette fichée entre les pavés.

 

La fée du sureau Conte d'Andersen (imparfait)

- Te souviens-tu, disait le vieux marin, du temps que nous étions petits, nous courions et nous jouions justement dans cette même cour où nous sommes assis et nous piquions des baguettes dans la terre pour faire un jardin.

- Bien sûr, je me rappelle, répondit sa femme. Nous arrosions ces branches taillées et l'une d'elles, une branche de sureau, prit racine, bourgeonna et devint par la suite le grand arbre sous lequel nous deux, vieux, sommes assis.

 

La princesse et le porcher Conte d'Andersen (imparfait)

Sur la tombe du père du prince poussait un rosier, un rosier miraculeux. Il ne donnait qu'une unique fleur tous les cinq ans, mais c'était une rose d'un parfum si doux qu'à la respirer on oubliait tous ses chagrins et ses soucis. Le prince avait aussi un rossignol qui chantait comme si toutes les plus belles mélodies du monde étaient enfermées dans son petit gosier.

 

Une maison

Sur le toit de chaume, il y a des mauvaises herbes, de la mousse et un nid de cigognes. Ce sont les cigognes surtout qui ne doivent pas manquer. Les murs penchent, les fenêtres sont basses et une seule peut s'ouvrir. Le four ressemble à un ventre rebondi, les branches d'un sureau tombent sur une haie, et le sureau se trouve à une mare où nagent des canards. Il y a encore là un chien à l'attache, qui aboie après tout le monde, sans distinction.

Contacts - Pédagogie - Journal d'école - Activités - Cantine - Inscriptions - Direction d'école - Calendrier scolaire  - règlement intérieur - Accueil-index des pages du site