la bouteille à l'encre n° 20

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne

PETIT  JOURNAL  DE DEBATS DU G.D.I.D.,  A L'ATTENTION DES  DIRECTRICES  ET  DIRECTEURS  D'ECOLE DE  7 A 77 ANS,  ENVISAGEANT  OU NON  DE  SE REGROUPER SOUS  PEU ...

 Diffusée  à  5338 écoles  sur 52 départements  et  4 pays

N° 20 -  15 Septembre 2001 -

COMPTE - RENDU DE L'UNIVERSITE D'ETE

STATUT DE L'ECOLE

Nous avons confirmé, dans leurs grandes lignes, les options prises à l'université de Pâques, (cf. "La Bouteille à l'Encre n° 15) en réaffirmant nettement notre volonté d'un statut original, visant moins à la création de supérieurs hiérarchiques qu'à la nécessaire clarification des rôles et tâches de chacun: Atsem, Personnels de Service, Aides-Educateurs, Médecin Scolaire, Enseignants, Conseil des Maîtres... Nous avons d'ailleurs remarqué que seuls les prérogatives des Conseils d'Ecole et les Conseils de Cycle sont précisées clairement dans les textes officiels; pour le reste, flou artistique...

 Quelques retouches cependant:  Ainsi des R.P.I., sur lesquels notre proposition d'un regroupement dirigé par un seul directeur soulevait autant d'approbations que de refus. Une proposition alternative serait que soit attribuée à chaque R.P.I. une décharge totale, à répartir entre les divers directeurs de ces écoles.

Pour ce qui est des "E.P.E. 1° Degré", ces établissements publics des écoles que nous souhaitons voir mis en place, leurs budgets autonomes pourraient être gérés de la façon suivante: établissement et présentation du budget par les directeurs d'école, proposition de répartition des fonds par le Conseil des Maîtres, soumission pour avis au Conseil d'Ecole, régulation et contrôle par les agents comptables des collèges de rattachement.

STATUT DE LA DIRECTION

Là aussi, beaucoup d'échanges et de débats.

Décharges de direction.

Nous avons constaté l'injustice du système actuel qui aligne le taux de décharge sur le nombre de classes: les classes spécialisées ne sont pas toutes prises en compte, les différences d'effectifs moyen par classes entre écoles Z.E.P. et non-Z.E.P. permettent à deux écoles ayant le même nombre d'élèves de se voir attribué 1/4 ou 1/2 décharge selon le cas. Enfin, le nombre d'enseignants varie en fonction d'éléments extérieurs (mi-temps, décharges, etc...). Pour sortir de ces imbroglios, une idée: attribuer les décharges en fonction, non du nombre de classes, mais du nombre d'élèves.

On aurait ainsi:

q       de 1 (?) à 100 élèves:       1/4 de décharge

q       de 100 à 150 élèves:       1/2 décharge

q       de 150 à 200 élèves:       3/4 de décharge

q       de 200 à 250 élèves:       décharge totale

 Autre possibilité envisagée, pour bien insister sur le fait qu'il ne doit y avoir aucune direction sans temps de décharge, mettre en avant la revendication suivante:

"une demi-décharge ou une décharge totale pour chaque direction d'école"

( Nous avons ici maintenu les deux points débattus à Pâques, concernant la limitation souhaitée de la taille des écoles à 250 élèves au maximum, ainsi que le maintien nécessaire d'un lien entre le directeur et la pédagogie: prise en charge de groupes d'élèves dans le cadre d'une décharge totale)

Salaires

Nous demandons l'instauration d'une indemnité unique, quelle que soit la taille de l'école et le nombre de classe. Cette indemnité devrait se voir revalorisée de 50 points. Elle devrait être versée intégralement aux directeurs "faisant fonction".
Par ailleurs, nous soulignons que la création d'un corps de directeurs, par l'établissement d'un statut spécifique, imposerait la transformation des indemnités en salaires pris en compte pour la retraite.

Recrutement

La revendication des divers syndicats d'une réduction de l'ancienneté requise pour accéder à la direction d'école nous parait aberrante: à vouloir résoudre artificiellement la désaffection croissante pour notre travail, on déboucherait alors sur une dévalorisation de fait de notre fonction. Une ancienneté significative, permettant une meilleure connaissance du système éducatif, nous semble indispensable. Nous penchons pour 5 ans d'ancienneté minimum avant que de pouvoir suivre une formation qualifiante et certifiée.

Par ailleurs, nous réclamons l'établissement  d'une mesure de simple bon sens, que l'on puisse changer de département sans devoir quitter la direction d'école.

Gestion

q       Nous réclamons une aide au secrétariat et aux tâches de direction, et ce, par la création de personnels spécifiques, distincts des Aides-Educateurs actuels.

q       Nous pensons qu'un plan national d'informatisation des directions d'école est indispensable aujourd'hui, afin de nous permettre de disposer d'outils modernes dans notre travail.

q       Nous nous prononçons pour un budget de fonctionnement administratif des directeurs d'école. Ce budget, communal, devrait faire l'objet d'une définition législative, précisant les besoins minimums (téléphone et dotations, fax, photocopies, informatique et Internet).

Formation Continue

Nous nous sommes prononcés pour l'instauration d'une formation continue, chaque année, pour chaque directeur, de 2 jours par semestre, sur un ordre du jour établi par les collègues, portant sur des points d'actualité (circulaires, décrets, études de cas, Internet, etc.)

Formation Initiale

Actuellement de 4 semaines + 1, ce qui nous semble bien insuffisant; nous réclamons un allongement conséquent, ainsi qu'une définition nationale des modules et des contenus.

Allégement des Tâches Administratives

Dans ce domaine, nous avons évoqué l'utilité d'un modèle commun des demandes de subvention, l'arrêt des enquêtes et questionnaires redondants et l'utilité d'un frein à la réunionnite galopante.

Sécurité et Responsabilité

Il serait plus que temps d'institutionnaliser ces domaines au sein de la formation -initiale et continue-, ce qui, pourtant, ne peut suffire. Nous demandons la création dans chaque I.A. d'une cellule d'aide et de renseignements administratifs et juridiques, permettant en cas de besoin, contacts et réponses rapides.

 ACTIONS ENVISAGEES

q       La mise en débat, dans " La Bouteille à l'Encre" des propositions ministérielles de cet été.

q       La création d'un site Internet, ouvert aux différentes associations et groupes de directeurs, sera mis en oeuvre. Ce site devra comporter, outre les textes "revendicatifs", une partie documentaire, plus technique, sur notre métier: analyse de documents administratifs, références, B.O., conseils utiles, etc...

 

q       La tenue à Marseille, les 29 et 30 0ctobre, au tout début des  vacances de Toussaint, "d'Etats Généraux de la Direction d'Ecole", regroupant aussi bien les associations constituées, les groupes locaux, ou des collègues à titre individuel. Ces Etats Généraux auraient pour but de confronter nos positions respectives pour mieux dégager une plate-forme identique. Sur cette base, nous pourrions envisager une structure commune afin de pouvoir mieux intervenir dans les débats et les négociations en cours. Trois idées fortes seraient mises en avant comme base de discussions:

* Pas d'école sans décharge: une réelle reconnaissance de notre fonction !

* Pas de pourboire ou d'indemnité mais une réelle reconnaissance financière de notre travail !

* Au niveau communal, une réelle reconnaissance de notre fonction et de notre rôle d'interlocuteur !

 

q                               La demande, formulée à notre ministre et à tous les syndicats, d'être associés aux

négociations prévues dès Septembre. Cette initiative pourrait être commune aux diverses associations et groupes avec lesquels nous sommes en contact.

 

Les participants à l'Universite d'Eté des 1° et 2 Juillet

 

ON S'ECRIT...

 

Ben oui, moi aussi directeur, instituteur, et animateur informatique, alors je partage tout ce que vous avez déjà dit et j'ajoute que le statut de directeur qui fait si peur aux collègues est plus que nécessaire et ne regarde que nous les directeurs car on voit bien plus de candidats à l'intégration PE que de candidats directeurs....

Je pourrai dès cette rentrée communiquer cette lettre aux écoles de la circonscription dont je suis responsable.

Jack Choquet Ecole de Vion (72)

 

              Cher collègue,
        Ce petit message pour te dire combien je partage l'opinion des collègues du dernier numéro de la bouteille à l'encre. Cela fait du bien de lire un discours plus sensé que celui dont les syndicats nous ont fait la surprise lors de cette rentrée!
        C'est pourquoi, au cours de la semaine prochaine, je te ferai parvenir mon inscription au GDID, le seul mouvement à ce jour à ne pas sombrer dans le délire politico-syndical.
      Alors le nouvel adhérent que je suis presque soulève une question: devons-nous toujours être en grève administrative alors que nous risquons dans les négociations à venir d'être intégrés dans les bataillons des directeurs appliquant une consigne syndicale portant sur des revendications qui ne sont pas les nôtres ? C'est pour cela que j'ai informé le syndicat auquel j'appartenais que j'avais levé ma grève administrative. Ne peut-on pas trouver une voie originale nous permettant de nous démarquer de nos collègues favorables à la plate-forme proposée par le ministère et défendue avec plus ou moins d'enthousiasme par les "2 syndicats représentatifs"?
L. Massabuau  Ecole d' Allassac (Corrèze)

 

En réponse:  Bonne question, mais (presque) sans réponse. Il est en effet dans le G.D.I.D. des collègues non-syndiqués et syndiqués, faisant ou non la grève administrative.. Et ce n'est pas là incohérence de notre part, c'est tout simplement qu'en tant qu'association indépendante, nous n'avons pas à nous positionner sur ce sujet. Les syndicats proposent une modalité d'action: à chacun de l'envisager librement. Je ne pense pas par ailleurs nécessaire de se démarquer des collègues; en effet, il me semble qu'une grande partie d'entre eux  suivent cette action faute de mieux, sans pour autant partager les orientations des principaux syndicats. Par contre, je te rejoins pleinement sur l'idée d'une voie originale que le G.D.I.D. pourrait emprunter: celle de faire entendre (y compris au plus haut niveau) notre petite musique, même et surtout si elle est différente...

 

 

ET AILLEURS...(Suite)

Que sont et que font les directeurs d'école dans d'autres pays d'Europe ?

 

RAPPORTS AVEC LES ELEVES

AUTRICHE:   Le directeur prend les décisions de changement de classe en fin d'année. Il gère l'absentéisme dans l'école. Il est responsable de la discipline et de la surveillance dans l'école.

GRANDE-BRETAGNE:  Il délègue des responsabilités d'organisation , de surveillance et de discipline à un ou plusieurs sous-directeurs..

ALLEMAGNE:   Le directeur surveille la scolarité des élèves. Est responsable de leur sécurité et de la discipline, de la même façon qu'en France.

PAYS-BAS:    L'enseignement étant très individualisé le directeur est chargé de la gestion matérielle et pédagogique des différents petits groupes d'apprentissage dans l'école. Les parents interviennent beaucoup dans l'aide aux enfants dans ces groupes.

CARRIERE

AUTRICHE:   Il existe un seul institut pédagogique à Innsbrück. Les stages de formation ont lieu le plus souvent dans les grosses écoles.  Un groupe de discussion entre directeurs a été créé l'an dernier.  Il n'y a pas de carrière au sens habituel: après 20 ans on peut devenir professeur. Vers l'âge de 50 ans on peut devenir Inspecteur Général sans contrepartie financière. La seule ouverture est donc de devenir Directeur puis Inspecteur de la région.

GRANDE-BRETAGNE:  Le métier de directeur est un aboutissement et est très bien considéré.  Sa notoriété (et donc son salaire) sont fonction des résultats de l'école (évaluations publiées dans la presse).

PAYS-BAS:   Il y a un statut de directeur bien défini. Il a été jusqu'à ces derniers temps très ancré dans un mode de fonctionnement national. Une grande autonomie a été accordée depuis quelques années à la demande des enseignants. Cela correspond à une volonté décentralisatrice.

Au passage: je manque d'informations sur la direction d'école dans d'autres pays d'Europe (Espagne, Italie, Grèce, etc...) Si vous en possédez ou pouvez me donner l'adresse d'un site en contenant, je suis preneur. Merci d'avance.

ON DESSINE

Vous trouverez, en pièce jointe (pour ne pas alourdir les temps de chargement),  un dessin de Jacques Risso, de l'école de Rustrel, dans le Vaucluse. Il a pour titre: "Allégorie: le directeur devant le Léviathan des tâches administratives", et en dit plus que beaucoup de discours...

LA SUITE AU PROCHAIN NUMERO

le vingt-et-unième de cette passionnante saga (en toute immodestie); celui-ci traitera des Etats Généraux, du G.D.I.D. (sa vie, son oeuvre), des négociations en cours. S' y ajouteront vos textes, avis, contributions, insultes ou compliments, bref tout message que vous souhaiteriez voir écrit à l'encre de cette bouteille. Une adresse pour cela:   mailto:thierryfabre@worldonline.fr

(Un rappel: "la bouteille" est ouverte à tous, que l'on soit ou non membre de notre association). Au passage, je tenais aussi à remercier publiquement la quarantaine de collègues qui me donnent un coup de main en diffusant ce journal dans leur département)

LES ARCHIVES DE "LA BOUTEILLE"

Vous pouvez désormais consulter les dix-neuf numéros déjà parus, à l'adresse suivante:

http://perso.wanadoo.fr/labastidonne/direct0.htm

et ce, grâce à l'initiative d'un collègue du Vaucluse, Michel Bourbao, qui les héberge sur le site de son école. Grand merci à lui et petit conseil: s'il vous arrive de les consulter, jetez un coup d'oeil au reste du site...

 

Pour un statut original de la direction d'école ,

 pour un statut d'établissement public du 1° degré

LE G.D.I.D.  (GROUPEMENT DE DEFENSE DES INTERETS DES DIRECTEURS)

Pour nous rejoindre dans cette association....

par courrier:  retournez ce bulletin à : G.D.I.D.  106, Chemin du Vallon des Escourtines, 13011 Marseille

ou par email:  comportant  les mêmes indications  adressé à mailto:thierryfabre@worldonline.fr

(Le montant de l'adhésion  est de 100 F - chèque à l'ordre de "G.D.I.D.")

G.D.I.D. / BULLETIN D'ADHESION

Nom:        ....................... Prénom:        .................................

 Adresse:.....................................                        Code Postal:        .........               Ville: ..........................

 Ecole ( Nom et Adresse): ..........................................................................................

Facultatifs (mais bien utiles) Tél. Fax Email: ..........................................................

q       Directrice / Directeur en exercice,  y compris les collègues adjoints faisant fonction

q       Directrice / Directeur retraité 

q       Adjoint ayant fait fonction pendant au moins un an

SI ON N'EST PAS UN DE PLUS, ON SERA PAS UN DE MOINS ...

  

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne