la bouteille à l'encre n° 21

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne

MODESTE  JOURNAL  DE DEBATS DU G.D.I.D.,  A L'ATTENTION DES  DIRECTRICES  ET  DIRECTEURS  D'ECOLE DE  7 A 77 ANS,  ENVISAGEANT  OU NON  DE  SE REGROUPER SOUS  PEU ... (POLITIQUEMENT INCORRECT OBLIGE...)

 Diffusée  à  5717 écoles  sur 54 départements  et  4 pays

N° 21 -  26 Septembre 2001 -

 

DIS,  C'EST QUOI LA BOUTEILLE A L'ENCRE ???

 

Cela tient en quelques données: environ 6500 destinataires, par le jeu des photocopies, fax et rediffusions diverses et ce, sur 54 départements. Au passage, je sais bien qu'il n'y a pas que 54 départements dans notre doux pays, mais je ne peux rentrer de nouvelles adresses qu'à temps perdu: quitte à décevoir certains, je ne suis pas permanent appointé de mon association. La plus grosse partie de mon temps, je suis quand même directeur d'une école de 8 classes, R.E.P., Z.E.P., D.S.U., etc... à la périphérie de Marseille. Ceci dit, à terme, l'objectif est bien de couvrir l'ensemble du territoire.

La "Bouteille" n'est plus, depuis quelque temps, une initiative personnelle, puisque je suis actuellement aidé pour sa diffusion par 43 collègues de divers départements, et, pour sa rédaction, par un Comité de Lecture.

Autre donnée: de la mi-Janvier (n°1) à Juin 2001, "la bouteille" a reçu plus de 700 courriers, dont 80 environ ont été rediffusés dans ses 21 numéros. Précision pour les mal-comprenants: aucun message n'a jamais fait l'objet d'un refus de diffusion, ou de "coupures" intempestives. Il m'est parfois arrivé de commenter mes désaccords avec tel ou tel message. En pareil cas, les auteurs de ces messages ont toujours reçu, à l'avance, le contenu de mes commentaires.

Autre précision, ce petit journal n'est pas expédié de force, façon publicité envahissant les boites aux lettres. Tout collègue peut, par simple message, demander à ne plus rien recevoir; en pareil cas, il est immédiatement retiré des listes de diffusion. A ce propos, je m'attendais, au début, à ce que la moitié des écoles contactées refusent ce journal: à ce jour, seules 43 écoles l'ont fait, soit moins de 1%...

Enfin, un rappel pour signaler que chacun peut envoyer ses textes, ses avis, sa contribution, qu'il partage ou non les options de notre association.

 

ON S'ECRIT...

 

 mes impressions sur cette nouvelle rentrée ???

Ce qui me sidère, c'est de découvrir avec quel mépris mes supérieurs hiérarchiques font l'autruche dès que j'ai besoin d'un conseil pour éclaircir une situation difficile,  avec quelle condescendance ils se permettent de juger et critiquer  mes choix et surtout avec quelle sérénité ils m'accusent d'être trop peu expérimentée (3 ans d'ancienneté dont un comme directrice : 5 classes, non-déchargée)  d'avoir des difficultés à imposer "mon autorité" aux autres enseignants (elles ont toutes plus de 15 ans de service et autant d'années de vol que moi) et aux parents (quand ils appellent pour se plaindre, on leur donne raison et on les assure que les enseignants n'ont pas été assez .... ou trop ... enfin qu'ils se trompent et que tout va rentrer dans l'ordre dès demain) ...

Bref, des gens sur lesquels on peut compter, qui nous aident, nous épaulent, et nous félicitent d'avoir tant de conscience professionnelle, et surtout nous remercient de toutes ces heures sup. à 300 frs par mois !!! L'utopie, quoi !!

...Et voilà, comme d'habitude je m'emporte et pourrais en écrire des pages... Mais ça ne suffirait pas à rendre la situation des directeurs/trices moins amère, moins fatigante et surtout moins frustrante... Il faudrait vraiment mener une action plus "franche" et plus "violente" pour nous faire entendre.

                                                    Sandrine - Mirabeau - Vaucluse 

 

Juste un mot:   une amie (adjointe, 1/2 et 2/4 de décharges) qui découvrait, il y a peu  la bouteille à l'encre ressentait ce groupement de directeurs comme isolationniste envers les adjoints. J'ai alors tenté de lui expliquer que dans bien des cas les directeurs aussi se sentaient isolés des collègues, même quand ils ne le souhaitaient pas... Est-ce que la recherche d'un statut pour les directeurs nous écarte d'une certaine réflexion sur le rôle des adjoints ?  Je ne le pense pas, mais sa remarque m'a tout de même poussé à y réfléchir à nouveau, surtout par rapport à ma propre expérience   Quel rôle, quelles responsabilités, donner aux adjoints, pour créer une véritable équipe.  Au bout d'un an de direction, avec un bilan plutôt négatif,  je me demande réellement si l'on peut espérer compter sur les adjoints pour nous aider dans la dynamique des projets qui gravitent autour de l'école. Est-ce que le travail en équipe (5 classes) peut vraiment exister ou est-ce de l'utopie au-delà de 2 classes ?
Mais ce n'est plus le sujet du jour, aussi je pense vous rejoindre aux Etats Généraux de Toussaint.
 Marie-bénédicte  - Margencel -   (Haute-Savoie)


LES ETATS GENERAUX DE LA DIRECTION D'ECOLE

OU ?    A Marseille, les Lundi et Mardi 29 et 30 Octobre, au tout début des vacances de la Toussaint.

POUR QUI ?    Pour qui le souhaite. A titre individuel, ou collectif (représentants de groupes ou d'associations constitués). Seules restrictions: être ou avoir été directrice ou directeur d'école, ne pas représenter un syndicat particulier (nous souhaitons éviter la foire d'empoigne). Au delà, syndiqués ou non, membres du G.D.I.D. ou pas, hommes ou femmes, jeunes blancs-becs ou vieillards chenus, chacun est le bienvenu

POUR QUOI FAIRE ?   Echanger nos expériences, confronter nos points de vue, mieux préciser nos revendications. Plus, si affinités, ce qui serait rédiger une plate-forme  identique et ébaucher une structure commune (le G.D.I.D. ou une autre, on ne prétend pas à l'exclusivité) pour mieux faire avancer nos idées et peser plus dans les débats et les négociations en cours.

SUR QUELLES BASES ?   Il est certain qu'un collègue pensant que tout va pour le mieux dans notre métier se trouverait assez peu en phase avec les autres participants. Pour autant, nous ne souhaitons pas ne débattre que des seules propositions du G.D.I.D. Nous proposons donc d'articuler les débats sur trois idées-forces, acceptables par tous:

Une reconnaissance de notre fonction: pas d'école sans décharge !

Une reconnaissance financière de notre travail: pas d'indemnités ni de pourboires !

Au niveau communal, une reconnaissance de notre rôle d'interlocuteur !

COMMENT S'INSCRIRE ?  En retournant le bulletin ci dessous, soit par courrier, soit par email, aux adresses précisées à la fin de ce numéro

COMBIEN CA COUTE ?   0 franc, 0 euro. Par contre, signalez si vous avez besoin d'un hébergement; on tentera de se débrouiller avec les collègues marseillais. Précision, notre sémillant ministre n'ayant pas encore tenté d'acheter notre silence à grands renforts de chèques mirobolants, le voyage reste à la charge du voyageur. En attendant mieux.

________________________________________________________________________________

INSCRIPTION AUX ETATS GENERAUX

Nom:                                        Prénom:

Ecole et Adresse

Tel                                           Hébergement souhaité:

________________________________________________________________________________

DIS,  C'EST QUOI LE G.D.I.D. ???

 

Notre association suscite, depuis sa création, pas mal d'interrogations. Seuls les bien-pensants ne se posent pas de questions et décrètent doctement: "ils veulent être super-chefs !". Au delà de mensonges difficiles à tenir à qui nous lit et nous connaît, reste la réalité d'une association récente (moins d'un an d'existence) et la nécessité d'en préciser certains points.

Cela peut se faire en creux et en ronde-bosse, de ce que nous voulons être à ce que nous ne serons jamais...

Ce que nous ne serons jamais:

q       un syndicat-bis. Il existe déjà beaucoup de syndicats, parfaitement légitimes par ailleurs. Nous ne voyons pas d'utilité d'en créer un de plus et d'ajouter ainsi nos voix à la cacophonie ambiante

q       une courroie de transmission  d'un parti politique et/ou d'un syndicat particulier. Si des collègues d'horizons divers, non-syndiqués ou syndiqués, d'options différentes, ont pu se reconnaître dans le G.D.I.D., c'est avant tout en raison de son indépendance, indépendance à laquelle nous sommes viscéralement attachés.

q       un groupe de pression , de contacts discrets avec les élus, de discussions d'arrière-salle avec les "décideurs", d'entrisme discret dans les "instances". Notre association préfère contribuer publiquement aux débats, énoncer librement ses positions et laisser chacun faire tranquillement ses choix.

q       un laboratoire d'idées  Le  cercle de réflexion a son utilité, mais notre association a un objectif, celui "d'arriver à la définition et à la reconnaissance légale du métier de directeur d'école". Avoir des idées, mais ne pas s'interdire de les faire avancer nous-mêmes....

Ce que nous voulons être:

q       une expression autonome.  C'est à ce titre que nous limitons l'adhésion au G.D.I.D. aux seuls directeurs (en titre ou faisant fonction) ainsi qu'aux collègues adjoints ayant exercé une direction. Ce n'est pas là volonté de se couper des collègues adjoints mais choix de se retrouver entre personnes connaissant parfaitement le sujet de la direction d'école et soucieux de s'occuper eux-mêmes de leurs propres affaires.

q       une parole libre. Face aux tabous sur la direction, le G.D.I.D. souhaite donner la parole à tous ceux qui considèrent que l'Education Nationale ne s'est pas arrêtée en 1985, tous ceux qui pensent que la direction d'école ne se limite pas à un choix entre petit chef ou esclave.

q       une double revendication:  celle d'un statut de l'école et d'un statut original de la direction d'école. Statut de l'école parce que seule une structure d'Etablissement public pourrait apporter aux écoles les moyens en personnels, en temps de décharge et en matériels, ainsi que l'autonomie financière. Statut de la direction, qui n'est qu'un STATUT, c'est à dire un ensemble de textes définissant clairement notre boulot et ses limites et nous protégeant, nous, mais aussi nos collègues adjoints.

Où en sommes-nous ?

Cinq mois après sa création, à Marseille, le G.D.I.D. est déjà représenté dans 27 départements. Cette semaine, 43 collègues ont rejoint notre association, dont l'ensembles des directrices et directeurs de l'A.D.E.P.M. (Montpellier).

Preuve somme toute que nos idées ont pris sens pour beaucoup...

 

ET AILLEURS...Que sont et que font les directeurs d'école dans d'autres pays d'Europe ?

 

RAPPORTS AVEC LES PROGRAMMES

AUTRICHE:  Le directeur organise les différents lieux d'enseignement de l'école.  Il est chargé des rapports avec les autres écoles.  Il est responsable de l'organisation des autres enseignements: sport, musique, religion, messes (!). Par ailleurs, il  contrôle l'avancement des programmes dans l'école par rapport aux directives officielles il approuve les emplois du temps, visite les classes,  compile et analyse les évaluations de l'école.

GRANDE-BRETAGNE:  Il est chargé de l'application du Programme d'école. Il organise les enseignements et la formation continue nécessaire à cette politique.  L'élaboration de la Politique du Projet est capitale pour la conduite de l'école: tout acte de l'école doit s'inscrire dans ce projet. Le directeur est responsable de l'application et des moyens mis en oeuvre par rapport au Projet de l'école. Il met sa responsabilité en jeu dans l'exercice de ses fonctions.  Il a un droit de regard sur le fonctionnement des classes et sur les contenus. Il gère aussi de très près le travail des assistants d'enseignement qui sont chargés du soutien pour les élèves en difficulté.

ALLEMAGNE:   Le directeur est responsable de l'application des programmes et des règles édictées par le "land".  Il est responsable de la bonne organisation des contenus sur l'école. Le directeur établit aussi des rapports d'inspection sur les enseignants à la demande de l'Inspecteur. Il a pouvoir pour négocier des changements pédagogiques avec les enseignants. Il n'avertit l'inspecteur qu'en cas d'échec seulement et reste responsable de la qualité pédagogique dans son école. Par ailleurs, il est responsable de la pédagogie dans l'école par son droit de visite dans les classes, véritable intermédiaire entre les enseignants et l'inspecteur.

PAYS-BAS:    L'école doit éditer un Projet d'école qui est fourni chaque année aux parents. Le travail de chaque classe ou groupe doit y être clairement référencé et replacé dans la stratégie d'école. Les résultats d'évaluation y sont retranscrits.  Un inspecteur visite et contrôle toutes les écoles 2 fois en trois ans en moyenne pour un audit complet.  Le Directeur est chargé de la mise en conformité des enseignements par rapport au Projet d'Ecole. En fonction du Projet de l'école, il adapte les financements et les fonctionnements des groupes dans l'école. Il coordonne le travail des enseignants, des assistants de classe, des enseignants spécialisés et des parents. Enfin, Il dirige l'application du projet

ON DESSINE 

 

Et l'on retrouve Jacques Risso, de Rustrel (Vaucluse), qui nous donne sa version ré-actualisée des Etats généraux d'Octobre. A afficher précieusement entre tableau prévisionnel des effectifs (bureau) et listes des poésies apprises (classe). Ou à tout autre endroit à votre choix...

 

LES ARCHIVES DE "LA BOUTEILLE"

Vous pouvez toujours consulter les vingt numéros déjà parus, à l'adresse suivante:

http://perso.wanadoo.fr/labastidonne/direct0.htm

et ce, grâce à l'initiative d'un collègue du Vaucluse, Michel Bourbao, qui les héberge sur le site de son école. Grand merci à lui et petit conseil: s'il vous arrive de les consulter, jetez un coup d'oeil au reste du site

 

 

Pour un statut original de la direction d'école ,  pour un statut d'établissement public du 1° degré

LE G.D.I.D.  (GROUPEMENT DE DEFENSE DES INTERETS DES DIRECTEURS)

Pour nous rejoindre dans cette association....

par courrier:  retournez ce bulletin à : G.D.I.D.  106, Chemin du Vallon des Escourtines, 13011 Marseille

ou par email:  comportant  les mêmes indications  adressé à mailto:thierryfabre@worldonline.fr

(Le montant de l'adhésion  est de 100 F - chèque à l'ordre de "G.D.I.D.")

G.D.I.D. / BULLETIN D'ADHESION

Nom:        ....................... Prénom:        .................................

 Adresse:.....................................                        Code Postal:        .........               Ville: ..........................

 Ecole ( Nom et Adresse): ..........................................................................................

Facultatifs (mais bien utiles) Tél. Fax Email: ..........................................................

q       Directrice / Directeur en exercice,  y compris les collègues adjoints faisant fonction

q       Directrice / Directeur retraité 

q       Adjoint ayant fait fonction pendant au moins un an

SI ON N'EST PAS UN DE PLUS, ON SERA PAS UN DE MOINS ...

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne