la bouteille à l'encre n° 23

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne

...  OU  L'ON  VOIT  NOS  HEROS , DIRECTRICES  ET DIRECTEURS D ' ECOLE ,

ENVISAGER  DE  PLUS  EN  PLUS  DE  SE  REGROUPER ...

           Diffusée  à  6360 écoles  sur 56 départements  et  4 pays

N° 23  -  17 OCTOBRE 2001

PROPOSITIONS, CONSULTATIONS,

On nous propose: après plus d'un an de grève administrative et de mouvements divers, quelques pages de propositions. L'affaire est mince... Dans notre association, nous sommes plus riches d'idées et de questions que de réponses toutes faites. Nous n'allons donc pas jouer ici aux maîtres à penser  Précisons simplement que ce texte du ministre est bien loin des demandes du G.D.I.D (cf. "Bouteille" n° 20). A part quelques rares points positifs, telle la possibilité de garder la direction en cas de changement de département, l'ensemble du texte ne représente aucun progrès pour les directrices et directeurs d'école. Pire, certains points (indemnités, 1/4 décharge pour les 5 classes dans quelques années) frisent le mépris absolu de nos réalités.

On nous consulte: ce n'est pas si fréquent, autant en profiter. Vous pouvez donc donner votre avis au SNUIPP (www.snuipp.fr), au S.E. (www.syndicat-enseignants.org). Le SGEN n'organise pas de consultation en ligne, mais on peut toujours lui écrire (premier@sgen-cfdt.org).

Un problème: cette consultation est ouverte à tout un chacun; j'ai du mal à comprendre en quoi un psychologue scolaire ou un coordonnateur ZEP peuvent émettre des avis fondés sur le montant de l'indemnité de sujétion spéciale d'un directeur d'école. Le contraire ne s'est d'ailleurs pas fait. Façon de reconnaître notre rôle central dans l'école ou tentative d'élimer nos opinions au crible du plus grand nombre ?

Un doute: faute de tout contrôle, qui peut jurer de l'honnêteté des résultats de ces consultations? Mais j'ai certainement mauvais esprit...

Reste qu'il sera très difficile aux syndicats de stopper tout mouvement si une grande majorité de collègues font connaître leurs désaccords avec les "propositions" ministérielles. A vos claviers donc...

LE G.D.I.D. , SA VIE , SON OEUVRE

Notre association grandit, bien plus vite que nous ne l'avions envisagé. Depuis sa création le 8 Mars 2001,après 6 mois d'existence, le G.D.I.D. compte des membres dans 31 départements. Sachant que le nombre de nos adhérents s'est accru de 50 % sur le seul mois de Septembre et, qu'à ce rythme, l'ensemble des 58.000 directrices et directeurs nous auront rejoint dans 14 mois, combien sommes-nous aujourd'hui ? Un abonnement gratuit à toute bonne réponse.

ETATS GENERAUX DE LA DIRECTION D'ECOLE

Outre ceux des Bouches-du-Rhône, des collègues de l'Hérault et du Vaucluse  s'y sont déjà inscrits.

OU ?    A Marseille, les Lundi et Mardi 29 et 30 Octobre, au tout début des vacances de la Toussaint.

POUR QUI ?    Pour qui le souhaite. A titre individuel, ou collectif (représentants de groupes ou d'associations constitués). Seules restrictions: être ou avoir été directrice ou directeur d'école, ne pas représenter un syndicat particulier (nous souhaitons éviter la foire d'empoigne). Au delà, syndiqués ou non, membres du G.D.I.D. ou pas, hommes ou femmes, jeunes blancs-becs ou vieillards chenus, chacun est le bienvenu

POUR QUOI FAIRE ?   Confronter nos points de vue, mieux préciser nos revendications, dresser bilan des négociations en cours, envisager les actions à venir.

SUR QUELLES BASES ?   Nous ne souhaitons pas ne débattre que des seules propositions du G.D.I.D. Nous proposons donc d'articuler les débats sur trois idées fortes, acceptables par tous:

Une reconnaissance de notre fonction: pas d'école sans décharge !

Une reconnaissance financière de notre travail: pas d'indemnités ni de pourboires !

Au niveau communal, une reconnaissance de notre rôle d'interlocuteur !

COMMENT S'INSCRIRE ?  En retournant le bulletin ci dessous, soit par courrier, soit par email, à l'adresse précisée à la fin de ce numéro

COMBIEN CA COUTE ?   0 franc. Par contre, signalez si vous avez besoin d'un hébergement; on tentera de se débrouiller avec les collègues marseillais. Précision, notre sémillant ministre n'ayant pas encore tenté d'acheter notre silence à grands renforts de chèques mirobolants, le voyage reste à la charge du voyageur. En attendant mieux...

____________________________________________________________________________

INSCRIPTION AUX ETATS GENERAUX

Nom:                                                               Prénom:

Ecole et Adresse:

Tel:                                                                 Hébergement souhaité:     OUI    NON

________________________________________________________________________________

DES ADRESSES ?

Des insomnies ? Réagissez ! Si les soucis (multiples) de notre labeur (harassant) vous laissent debout jusqu'à pas d'heures, un bon remède doublé d'une bonne action: la chasse aux emails ! Sur quelques départements (Manche, Seine-Maritime, Mayenne, Seine-et-Marne, Yonne, Loiret, Nièvre, Cher, Indre, Vosges, Ardèche, Jura), je n'ai pas grand chose pour l'instant... Bonne action: les trouver (sites des I.A., cartable, etc...) et me les expédier permettrait à l'encre de ma pauvre bouteille de s'étendre davantage. Remède: je peux certifier qu'au bout d'une heure de recherche d'adresses, on a vraiment sommeil...

ON S'ECRIT...

Copie de ma lettre au S.E.

J'ai reçu ce midi votre questionnaire de consultation sur le fonctionnement et la direction d'école. J'ai commencé à le remplir et très vite, j'ai renoncé. Les propositions du ministère, les groupements d'école, je n'ai jamais demandé ça. Notre bureaucratie rigide, envahissante et inflationniste devrait donc s'enrichir d'un nouvel échelon hiérarchique, avec le groupement d'écoles et son coordonnateur ! Personne ne pourra me convaincre que ma tâche sera soulagée de cette façon. Il faudra continuer à remplir pour chaque école ou R.P.I une avalanche de paperasseries inutiles qui passeront par le coordonnateur, et en plus, il en faudra pour le regroupement d'écoles. Et les réunions! ! Et la coordination pour les projets d'écoles ! Et la participation aux réunions des groupements de communes !

Le projet d'école, au début permettait de faire un état des lieux et de proposer librement des actions. Il est devenu une paperasse étriquée, qui part des résultats aux évaluations CE2 ou 6ème pour mettre en place des actions forcément très cadrées. Ce qui m'horripile encore plus, c'est de devoir rédiger chaque année un projet piscine, et de devoir fournir une liste des enfants par adulte enseignant. Et il y en a encore : des états des absences mensuels "état néant" à envoyer à l'IA pour prouver qu'on est attentifs aux absences injustifiées, des enquêtes de toutes sortes, lourde, lecture , moins lourdes, enfance handicapée, utilisation du matériel informatique, enseignement des langues étrangères, et j'en passe... Et l'organisation des élections au Conseil d'Ecole, quel tintouin ! Et les évaluations au CE2, bien utiles mais si prenantes.

            Non, ce n'est pas de coordonnateurs dont nous avons besoin, c'est de temps pour enseigner, pour préparer la classe, pour penser à des projets que nous sommes assez grands pour mener sans le contrôle de nos inspecteurs.

            Non, ce n'est pas de coordonnateurs dont nous avons besoin, c'est de matériel informatique pour faire passer le Brevet Informatique et Internet à nos élèves, et sans rédiger de projet s'il vous plaît. J'ai besoin d'ordinateurs car ce sont des outils pour faire ce que me demandent des instructions officielles. Je n'ai pas à justifier à genoux que j'en ai besoin.

    Moi, ce que je revendique c'est : stop les paperasseries inutiles ou à remplir pour la veille de toute urgence. Stop, les enquêtes alambiquées.  Je suis coordonnateur de RPI. Donc je suis volontaire. Mais que de doutes, de flous, dans cette fonction bénévole qui n'existe pas parce qu'aucune législation n'existe ! Et me voilà, directeur d'école à Miannay, sommé d'aller remplacer la maîtresse de Cahon, autre école du RPI,  malade, parce qu'on ne trouve pas de remplaçants, et cela sans ordre de mission, en tant que "Directeur ?" de RPI.

    Des soucis, de l'énervement, une responsabilité énorme, des heures de travail avant et après la classe, voilà ce que des comités d'experts, des technocrates, des législateurs sont parvenus à nous donner ces dernières années.

               Je suis en grève administrative depuis le début. J'ai subi des pressions, et ma grogne monte, monte, monte... Après tout ce temps, non seulement, la situation n'a pas progressé dans ma classe et sur mon bureau encombré, mais elle a empiré.

               Allons-nous longtemps encore accepter l'humiliation d'une absence réelle de dialogue avec notre ministre? Allons-nous continuer longtemps une grève administrative contournée efficacement par notre hiérarchie ? J'ai une idée, peut-être pas réalisable, mais on peut rêver et en tout cas les idées ça ne mange pas de pain.     MOT D'ORDRE SYNDICAL :

            TOUS LES DIRECTEURS D'ECOLES DE FRANCE ENVOIENT LEUR LETTRE DE DEMISSION DE LA FONCTION DE DIRECTEUR ET REFUSENT TOUT TRAVAIL AUTRE QUE CELUI  D'ENSEIGNER.

            Je parie qu'on commencerait à avoir des négociations honnêtes.

 Francis CAMPION Ecole Publique 80132 MIANNAY

 

En réponse: Les groupements d'écoles, pour le GDID, correspondent à un faux semblant: il ne s'agit pas d'avancer là vers une définition nouvelle de l'école, voire un nouveau statut, mais simplement (à notre avis) de résoudre la crise de désaffection croissante par un tour de passe-passe. On refuse toute décharge pour les écoles de moins de 5 classes, mais on laisse miroiter l'espoir d'une bribe de temps à partager au sein du groupement. Qui plus est, il n'est pas des directeurs des villes et des directeurs des champs et rien ne justifie que l'on accroisse encore les différences entre leurs écoles

 

Réponse à Sandrine de l'école de Mirabeau (Vaucluse) (Bouteille n° 21)

J'ai ressenti et je ressens cette année encore les mêmes sentiments que toi vis à vis de la hiérarchie: dès qu'il y a problème, on est un grain de sable dans la machine et pourtant j'ai de la bouteille! Je n'ai qu'un souhait en ce début d'année, c'est de partir en courant de la direction, pas de mon job d'enseignante.

Il y a trop de polyvalence ,un être humain aussi bien soit-il constitué ne peut réaliser tout cela. Bon courage à tous. Merci d'exister surtout! 

monique  Ecole de CHAURIAT (63)

 

De Jacques Risso, de l'école de Rustrel (84)...

A afficher précieusement en page de garde du sacro-saint registre matricule. Ou à tout autre endroit de votre choix

LES ARCHIVES DE "LA BOUTEILLE"

Vous pouvez toujours consulter les vingt-deux numéros déjà parus, à l'adresse suivante: http://perso.wanadoo.fr/labastidonne/direct0.htm          

Pour un statut original de la direction d'école ,  pour un statut d'établissement public du 1° degré

                 LE  G. D. I. D.  ( GROUPEMENT  DE  DEFENSE  DES  INTERETS  DES  DIRECTEURS )

Pour nous rejoindre dans cette association....  

par courrier:  retournez ce bulletin à : G.D.I.D.  106, Chemin du Vallon des Escourtines, 13011 Marseille                                          ou par email:  comportant  les mêmes indications  adressé à mailto:thierryfabre@worldonline.fr                                                (Le montant de l'adhésion  est de 100 F - chèque à l'ordre de "G.D.I.D.")

G.D.I.D. / BULLETIN D'ADHESION

Nom:              .......................        Prénom:               .................................                  Adresse:.....................................     Code Postal:        .........        Ville: ..........................                          Ecole ( Nom et Adresse): ..........................................................................................

Facultatifs (mais bien utiles) Tél. Fax Email: ..........................................................

q                   Directrice / Directeur en exercice,  y compris les collègues adjoints faisant fonction

q                   Directrice / Directeur retraité               

q                   Adjoint ayant fait fonction pendant au moins un an

SI ON N'EST PAS UN DE PLUS, ON SERA PAS UN DE MOINS ...

 

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne