la bouteille à l'encre n° 7

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne

LETTRE D'INFORMATION A TIRAGE  OBSTINEMENT  ALEATOIRE, DIFFUSION VAGUEMENT MOINS CONFIDENTIELLE ET CONTENUS TOUJOURS AUSSI MULTIPLES  DESTINEE AUX QUELQUES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D'ECOLE DE CE PAYS N'ENVISAGEANT PAS ENCORE DE DEMISSIONNER

N° 7

Diffusée  à  1956 écoles  sur 23 départements

____________________________________________________________

UN APPEL DES COLLEGUES DU LUBERON:

Chers collègues,

Voulant médiatiser notre mouvement de grève administrative des directeurs d'écoles, nous vous proposons de faire une opération "coup de poing" entre les vacances de février et les élections du mois de mars : le mercredi 7 mars.

A Pertuis (Vaucluse), tous les directeurs du canton et des adjoints se retrouveront devant la mairie du député maire André Borel. Nous nous adresserons à la presse et demanderons une audience au député pour rappeler nos revendications et médiatiser notre mouvement. Les rendez-vous sont pris et les médias prévenus.

Nous vous invitons à faire de même, c'est à dire choisir une mairie cible où le maire est aussi député (ou autre élu), puis à organiser une action la plus médiatique possible afin que le mercredi 7 mars, on entende parler des directeurs d'école un peu de partout en France...

N'hésitez pas à diffuser vos idées sur la "bouteille d'encre" pour que ce mouvement ait le plus grand impact possible. Ceux qui sont prêts à suivre cette action peuvent le signaler, cela encouragera les autres...

Michel Bourbao, pour le collectif des directeurs du canton de Pertuis. Ecole.labastidonne@wanadoo.fr

_________________________________________________________________________________

ON NOUS ECRIT...

Bientôt  12 jours que j'ai envie de prendre le temps d'écrire… mais le temps est difficile à apprivoiser !

Je suis institutrice en classe de CM1 et en même temps directrice d'une école primaire à 10 classes avec une ½ décharge. C'est très lourd à porter. C'est beaucoup pour une seule personne.

Bien enseigner (c'est la moindre des choses quand on reçoit une formation et un salaire pour ça) et bien faire son travail de direction, demande une énergie considérable et laisse, un inconfortable sentiment d'inachevé. Depuis 2 ou 3 ans, sentant notre tâche s'alourdir, j'espérais que notre administration apporterait des améliorations significatives, me disant qu'il était inconcevable que les choses restent en l'état, mais…

RIEN !

J'ai mis mon poste au mouvement, par principe. Je me suis dit que se plaindre n'est pas la solution, personne n'est obligé d'être directeur d'école !

N'est-on pas libre d'arrêter quand bon nous semble ?

Mais j'aime mon métier et j'ai du mal à accepter que notre administration décourage les quelques "fous" qui restent malgré tout en poste. J'attendais beaucoup des négociations ; trop sans aucun doute!

Il est effectivement temps "de se mêler nous-même de ce qui nous regarde". Un collègue a écrit: "il y a toute une énergie que le ministre ne mesure pas" Je l'espère bien!

Quelle bonne idée de créer une association des directeurs et directrices. Ca me donne courage et espoir. Comment utiliser cette énergie pour obtenir une reconnaissance?

En faisant connaître "bouteille à l'encre" à toute la tribu pour faire "tache d'encre" ! Les petits ruisseaux peuvent devenir de grandes rivières. A suivre…

Bien cordialement;

Martine MOUZIN, directrice de l'école Jean Macé, à NIORT (79)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'ORDINAIRE JOURNEE DU 3 AVRIL 2000

 

 8: 15                Réception du livreur de confettis pour le Carnaval

 8: 20      Appel de la Présidente de l'A.P.E. pour non-respect de la taille des confettis

 8: 30      Accueil des élèves au portail

 8: 35      Remise d'un chèque par la Présidente de l'A.P.E., assorti d'une remarque concernant le refus du Directeur d'accepter les petits confettis

 8: 40                Règlement d'un différend entre deux mères d'élèves à propos de prétendus harcélements d'une enfant sur l'autre

 8: 50      Mise en route du four électrique et ouverture du coffre pour la Conseillère Pédagogique

 8: 55      Accueil d'un élève de C.E.1 en retard

 9: 00      Travail d'enseignement au C.M.1, sans appels téléphoniques

10:00                Recentrage éducatif sur les comportements autorisés entre garçons et filles. Education à la sexualité et conclusions sur le respect du à autrui

10:30     Travail d'enseignement au C.M.1, sans appels téléphoniques

11:30     Gestion des adresses après réception du courrier

12:00     Il pleut ...

12:15     Détente avec la Conseillère Pédagogique. On parle métier et cas difficiles.

12:20                Recherche de gobelets pour l'Animation Cantine

12:45     Je mange vite...

12:50                Poursuite de la gestion des adresses

13:15                Ouverture de la salle polyvalente pour l'animation sur la Préhistoire

13:20     Accueil des élèves, sous la pluie

13:21     Un enfant a été légèrement blessé pendant la cantine

13:30     Appel des Marins-Pompiers et de la famille

13:45     Travail d'enseignement au C.M.1, sans appels téléphoniques

13:55     Entretien avec les Marins-Pompiers sur la banalité de l'incident

14:10     Travail d'enseignement au C.M.1, sans appels téléphoniques

14:20     Entretien avec le père de l'enfant blessé. Défense du personnel municipal face à un parent qui critique les moyens de surveillance et le peu de sérieux du système éducatif

14:50     Travail d'enseignement au C.M.1, sans appels téléphoniques

14:55     Appel à l'interphone d'une société de maintenance pour l'interphone

15:00                Récréation et fin de la gestion des adresses

15:20                Plaisanteries courtes avec les collègues (2 mn)

15:35     Travail d'enseignement au C.M.1, sans appels téléphoniques

16:30     Sortie des classes. Remplacement des personnels municipaux absents au portail

16:45     Etude

17:30     Sortie de l'étude

18:15                Fermeture de l'école

18:45     Achats de gobelets, serviettes et assiettes en carton pour le Carnaval

19:00     Retour en sa demeure

                                               Journée remarquable: le téléphone n'a pas sonné une seule fois.....

 

Par un collègue marseillais du 13° arrondissement - Affiché l'an dernier au portail de l'école

_________________________________________________________________________________

 bonjour

rien d'exceptionnel à rajouter aux différents commentaires des collègues, sauf que cela fait du bien de voir que chacun ressent les mêmes choses . C'est pour moi ma première année de direction-interim-volontaire,  mais en ce moment, je suis très déçue de m'apercevoir que  tout ce que j'ai donné ne sera pas pris en compte, et que le premier venu, avec un barême plus gros (c'est pas dur-6 ans d'ancienneté-une seule inspection) peut me prendre ce poste où j'ai tout donné depuis la rentrée.

Le pire, c'est le peu de soutien, voire l'incompréhension totale de collègues qui ne comprennent pas pourquoi je m'investis autant dans la direction et pourquoi je veux la garder...
Alors, merci du soutien moral de tous ces témoignages. Mais j'ai l'impression autour de moi et par ces messages qu'il n'y a qu'entre directeurs que l'on réussit à se comprendre, car même les
inspecteurs désolés de voir les directions vacantes ne nous soutiennent pas beaucoup.
L'an dernier, j'ai échoué à l'entretien pour être nommée sur la liste d'aptitude, mon inspecteur à
qui je réclame une inspection depuis 2 ans avait gentiment mis sur le dossier: " doit faire ces preuves....," Pour réussir, il faut bâchoter les BO qui nous serons resservis en stage de directions....(où est l'utilité du stage...) alors que pour l'intérim de direction, on ne vous pose plus de questions, et on ne se pose pas la question de savoir si oui ou non on vous connaît...
C'est un peu amer mais c'est mon constat et cela me fait du bien de l'écrire.
Merci @+
Marie-Bénédicte :  5 classes (sans décharge) mais motivée pour continuer à Margencel (74)

_______________________________________________________________________

 

Quelles que soient les raisons pour lesquelles nous sommes directeurs d'école ,nous n'avons pas vocation à être des petits soldatspour répondre à G. Planes !

Nous essayons de pratiquer au mieux ce métier(car je pense qu'il s'agit d'un métier à part entière pour répondre à  A.M. Delsol ).
Cependant il est démoralisant de n'avoir aucun retour sympathique de notre profession.Nous cumulons les soucis pédagogiques (une classe à 4 sections en ce qui me concerne ) et le stress lié à la fonction, lors des diverses rencontres avec les élus de mairie ,de parents et l'administration, sans compter le simple secrétariat quotidien mais  toujours soi-disant "urgent".

Pour ma part au bout de dix ans de "sacrifices" au plan familial dûs à la surcharge de travail, je compte bien abandonner la fonction.Sans aucun regret car j'ai fait de mon mieux, j'ai essayé de comprendre le fonctionnement des différents syndicats sans jamais y reconnaître l'expression de mes besoins.De plus en plus, ils s'écartent du concret et ne savent plus être un lieu d'écoute efficace.Aussi je vous remercie d'avoir ouvert cette tribune libre qui, j'espère, ne sera pas récupérée par quelques politiques .
Il faudrait néanmoins que ce lieu d'échange soit connu de nos ministres afin qu'ils ressentent et admettent le profond malaise qui nous touche, et cherchent à y remédier sans calculer les échéances électorales!
Merci et surtout continuez ,à bientôt sur le Net
M.J.Garnier ,école de la Fare 05

_________________________________________________________________________________

 

Quelle bonne idée ! Comme tout les autres, voilà spontanément ce que je me suis dit. Maintenant, comme beaucoup également, j'ai un peu de peine à imaginer comment mobiliser tous les directeurs de façon à ce que nos demandes puissent aboutir, ou tout simplement pour que nous puissions échanger des informations, des idées, des expériences. Jusqu'à présent, les meilleures expériences d'échange que j'ai connues ont été pendant des stages de formation continue en IUFM, au cours de stage tels que "la place des parents à l'école."

Directrice depuis 5 ans, après avoir fait "fonction de" pendant 3 ans (ancienneté de 9 ans dans l'EN), je me sens souvent très "lasse" de travailler pour rien : pas de moyens, pas de soutien, pas d'encouragements, ...

Natahalie Allard - Ecole de Ménigoute - Deux-Sèvres

________________________________________________________________________

Aujourd'hui, je prends enfin quelques minutes pour vous féliciter de votre initiative  : je pense qu'on pourrait sous-titrer "J'en ai rêvé, Thierry l'a fait..." même si je sais que vous êtes plusieurs sur ce coup-là.

Par cheuz nous, (petit coin des Deux-Sèvres près de Parthenay, la "Gâtine"), la grève administrative me semble assez bien suivie, quoique apparemment peu efficace, étant donné le peu d'énergie de nos "dirigeants" pour proposer quelque chose de correct.  Pour l'instant, nous avons quelques infos par l'intermédiaire d'un ou deux syndicats, mais je trouve que c'est encore mieux quand ça vient des collègues eux-mêmes, comme dans les messages parvenant à La Bouteille. Pour la peine, je vais me charger de récupérer des infos exactes et de vous les transmettre.

A part ça, comme l'un des collègues le faisait remarquer, je suis effectivement d'accord pour qu'il y ait un statut de directeur (trice) si c'est pour reconnaître une charge et une fonction qui demandent du temps, de l'énergie et un certain optimisme. Par contre, pas si c'est pour en faire un supérieur hiérarchique de ses autres collègues de l'école. A mon avis, ce n'est pas le moment de se diviser entre collègues (même si "diviser pour régner", ce serait bien pratique pour nous manipuler), alors qu'il nous faut encore faire admettre pour certains que les ATSEM, en maternelle, sont partie  intégrante de l'équipe de l'école ! Je viens de relire ce message et j'avais oublié d'ajouter un petit mot à propos des syndicats : effectivement, on peut se demander :

-1) pourquoi les revendications sont à la fois molles et peu représentatives

-2) pourquoi ce sont toujours les mêmes actions qui nous sont demandées (grèves) actions qui ennuient les parents (qui ajoutent encore à la légende du "enseignant = fainéant" ), qui amputent un salaire déjà pas mirobolant, et qui ne semblent pas traumatiser nos supérieurs plus que ça, au  vu des résultats.

Je me rappelle avoir été très  peu appréciée lorsque j'ai dit, au cours d'un AG, qu'on en avait marre de faire la vitrine de tel ou tel syndicat...

Je ne suis pas pour des actions violentes, loin de là, mais pour celles qui perturbent vraiment ceux qui décident et pas ceux qui subissent, comme nous, exemple : bloquer tous nos impôts chez un huissier, faire une grève de chèque pendant 1, 2, journées, retirer tout l'argent de notre salaire en liquide dès qu'il est versé, (je me dis que si on st nombreux à le faire, ça peut être gênant). Bon, j'arrête là pour aujourd'hui, pour la même raison que tous, et j'attends avec plaisir le prochain passage du  livreur...

Andrée Origny - Ecole maternelle La Peyratte - Deux-Sèvres

_________________________________________________________________________________

bonjour,
"Je pense que notre action a de la valeur et est relativement bien suivie car hors-syndicat."
"l'autre étant, vu les inerties syndicales, de se regrouper pour se mèler nous-mêmes de ce qui nous regarde..."
Je glane ici et là quelques phrases, sur lesquelles je veux réagir. Pour avoir exercé quelques responsabilités syndicales, je voudrais simplement dire que nos chers collègues, y compris les directeurs, sont très difficiles à satisfaire.   Je me souviens avoir été insulté pour avoir évoqué un statut du directeur....le sujet a laissé tant de rancoeurs que plus aucun syndicat n'osera s'en saisir, à part un , très engagé lui dans la hiérarchisation à outrance. ( point sur lequel je ne suis pas d'accord d'ailleurs)
Gardons nous de nous couper des syndicats ! Au contraire faisons jouer la concurrence et les divergences et n'oublions pas que la menace est plus forte que l'éxécution  ( comme aux échecs d'ailleurs )
Roland PASTOR - Fontaine de Vaucluse

________________________________________________________________________________

EN   GUISE  DE  CONCLUSION  (  PROVISOIRE  ) ...

            Il me faudrait:

·         remercier les 37 collègues ayant écrit à "La Bouteille", depuis la sortie du n°6. En effet, je craignais, étalement des vacances oblige, de devoir fermer boutique durant 6 semaines. Ceci n'a pas été le cas.

·         m'inquiéter du nombre de messages questionnant la notion de statut de la direction et de statut de l'école tout en me demandant de rester dans l'anonymat. Aurions-nous honte d'être ce que nous sommes ?

·         signaler que certains syndicats commencent insensiblement à oser briser le tabou du débat sur ces questions. Ainsi le SE - 13 a fait paraitre un dossier complet sur ce sujet (notre action n'y est certainement pas pour rien...)

·         informer que la création d'une Association des Directrices et Directeurs d'Ecole est prévue le 8 Mars, à Marseille, et que ses objectifs seront repris et diffusés dans "La Bouteille".

·         préciser que cette association aura deux objectifs: la reconnaissance d'un véritable statut de la direction d'école, sans notion hiérarchique envers les collègues adjoints et la création d'un statut d'école / établissement public.

·         indiquer, que, sur ces deux points, il y a plus pour nous, matière à débat que projet ficelé, clefs en mains.

·         réaffirmer, que pour cela, tout débat, contribution, déclaration, interjection, position, réflexion, déclamation, suggestion, proposition, etc...ion,  sont les bienvenus à l'adresse    thierryfabre@worldonline.fr

 

Retour vers le sommaire des directeurs - retour vers le sommaire de la Bastidonne