Notre première expérience de classe bibliothèque

(qui a eu lieu du 15 au 19 janvier 2001)

Contacts - Pédagogie - Journal d'école - Activités - Cantine - Inscriptions - Direction d'école - Calendrier scolaire - index des pages du site

Sommaire

Présentation de la classe bibliothèque et des participants

Quelques informations sur notre classe bibliothèque : Claude Favet

Quelques informations sur notre classe bibliothèque : l'utilisation de l'encre de Chine avec Lise Bonnecarrère,

Le rallye,

Le Corbeau et le Renard,

Le Corbillon et le Renégat

La vengeance du Corbeau,

Le Loup et la Belette,

Le Renard et la Cigale

Le Renard et la Cigogne,

La Cigale et les Fourmis, par Esope

La Cigale et la Fourmi

La Cigale et la Fourmi, en argot

La Cigale et le petit Chat,

Suite du petit Chat

Le Chêne et le Roseau,

Le Vieillard et l'Ane

La Vieilleville et l'Anélastique,

Le Laboureur et ses Enfants

Le Cheval et le Loup,

L'Aigle, la Buse et le Martien

 

L'Aigle et le Hibou

Le Coq et le Renard,

Le Lapin

Le Renard et les Raisins,

Le Renard et les Zainrais,

Le Lion et le Chasseur

La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf,

La Nouygre qui se veut faire aussi segro que le Bœuf

La belette entrée dans un grenier,

Le Rat des villes et le Rat des champs

Le Loup et la Cigogne,

Un Fou et un sage

Le Renard et le Bouc,

Le Renard ayant la queue coupée

Le Loup et le Chien,

Le Lion et le Moucheron

Le Loup, la Chèvre et le Chevreau

Le temps des Dinosaures,

Le match "fabluleux"

La Buse, l'Aigle et le Garçon

L'aigle, le colibri et la colombe,

La chasse,

 

Présentation Les élèves du cycle 3 ont fait une classe bibliothèque. Cela consiste à apprendre à se servir des livres, apprendre des fables qu'on ne connaît pas. Ca peut, peut-être, donner à certains enfants le goût de lire. Pour ça, on a eu plusieurs intervenants :

Lise Bonnecarrère : pour la pratique de l'art plastique,

Michel Bourbao : nous a fait transformer des fables, et créer de nouveaux textes.

Marie Ferreux : nous a fait découvrir la bibliothèque par divers exercices plutôt amusants,

Fabienne Ruiz : nous a fait réciter des fables,

Monsieur Rey : nous a raconté des fables qu'il avait apprises depuis l'âge de 6 ans,

Monsieur Favet : nous a parlé des insectes, en particulier des cigales.

Nous avons eu la visite de deux photographes qui travaillent pour la Marseillaise et la Provence.

Nous avons repris des fables et on les a transformées en argot, en verlan (mettre les syllabes à l'envers ex : mouchoir = choirmou ) en dialogues et certains ont pris les noms des fables, les ont cherchés dans le dictionnaire et les ont remplacés par le septième mot qui suit. On a illustré des fables avec Lise en utilisant une technique spéciale, le lavis (il faut faire du plus clair au plus foncé avec de l'encre de Chine).

Mathilde CM2 et Merlin CM2

 

Claude Favet

Claude Favet est un spécialiste des insectes du Luberon. Il nous a parlé des insectes, surtout de la cigale et de la fourmi.

La fable : La cigale et la fourmi comporte des erreurs. La cigale ne mange pas de vermisseaux ni de mouches.

La cigale ne va pas demander de la nourriture aux fourmis. C'est tout le contraire : C'est la fourmi qui va voler la nourriture des cigales…

Esope et La Fontaine se sont trompés.

Lucas CM1

 

L'utilisation De L'encre De Chine Avec Lise Bonnecarrère

Déjà on était un groupe, on avait chacun une feuille blanche et on avait une fable devant nous: Exemple: la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf. On devait dessiner la fable sur la feuille. au bout de trois ou quatre fois on le faisait au propre sur une feuille cartonnée, on passait du drawing-gum sur les endroits qu'on voulait laisser blanc. Ensuite, quand c'était sec, on faisait des nuances. Quand tout est sec on gratte le drawing-gum et c'est fini, ça fait un beau dessin. Merci Lise

Geoffrey Vendrell CM1 et Margaux CM2

 

Le rallye

Détrompez-vous nous n'avons pas fait une course de voiture. Nous avons passé la semaine du 15 janvier à la bibliothèque. Il y avait plusieurs activités mais je ne vais vous raconter que celle qui m'a le plus plu : le rallye bibliothèque. Je vais vous expliquer en quoi ça consiste : il y avait plusieurs épreuves (6 exactement) il y avait 3 groupes de 9 élèves et dans chacun des groupes 3 équipes de trois (les trois groupes de 9 ne travaillaient pas tous en même temps). Marie (La bibliothécaire) donnait à chaque équipe les fiches et les livres qui correspondaient. les fiches étaient composées de 10 questions et il y avait une note sur 10 en bas de chaque épreuve. Toute la classe a participé et l'équipe gagnante (Mélanie, Mélissa, Théo) a remporté des bonbons. Elle les a partagés avec toutes la classe.

Mélanie CM2

 

LE CORBEAU ET LE RENARD

Deux personnages (le narrateur et le renard)

Le narrateur : Maître Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

Le renard : Et bonjour, Monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le Phénix des hôtes de ces Bois.

Narrateur : A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

Le Renard s'en saisit et dit :

Le renard : Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l'écoute.

Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.

Narrateur : Le corbeau honteux et confus

Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Transformé par Laura Isnard CM2 et Justine Martin CM1

 

Le Corbillon et le Renégat

Maître Corbillon, sur un Arcachon perché,

Tenait en son bécasseau un froment.

Maître Renégat, par l'odin alléché,

Lui tint à peu près ce langeais :

" Et bonjour, Monsignor du Corbillon.

Que vous êtes joncacée ! que vous me semblez beaufort !

Sans mentir, si votre raman

Se rapporte à votre plumeau,

Vous êtes le phénologie des hautecombes de ces Bois. "

A ces mots le Corbillon ne se sent pas de joint :

Et pour montrer sa belle voile,

Il ouvre un large Bécasseau, laisse tomber sa projeté.

Le Renégat s'en saisit, et dit : " Mon bon monsignor,

Apprenez que tout flaveur

Vit aux dépérir de celui qui l'écoute.

cette lécythe vaut bien un froment sans doute."

Le Corbillon hooligan et conga

Jura, mais un peu tardieu, qu'on ne l'y prendrait plus.

Modifié par Laura Isnard CM2 et Justine Martin CM1

(les noms ont été recherchés dans le dictionnaire, puis on a compté 5 mots après)

 

la vengeance du corbeau

maître corbeau voulut se venger alors il attira maître renard avec un autre fromage.

Maître renard arriva et dit "vous ne chantez pas en cette saison ?"

Maître corbeau posa le fromage sur une branche et se mit à chanter. Mais maître renard ne lâcha pas prise et lui demanda de battre des ailes.

Alors maître corbeau battit des ailes et fit tomber le fromage. Le renard s’en saisit et dit "sachez qu'il ne faut jamais se venger".

Le corbeau jura qu'on ne l'y prendrait plus

Youri Leroy CM1

 

Le loup et la belette

Damoiselle belette sur un arbre perchée tenait en sa gueule une cigale.

Sire loup, par l'odeur alléché lui fit à peu prés ce récit:

Eh ! bonjour Damoiselle belette.

Que vous êtes mignonne, que votre poil semble doux.

Sans rigoler, si votre beauté se rapporte à votre curiosité.

Vous êtes la plus belle dame de ces bois.

A ces bobards, la belette ne sait plus que dire; et pour répondre à son interlocuteur,

elle lâche sa proie qui tombe dans la gueule du loup immédiatement, et dit:

Merci damoiselle

Mais elle ne voit pas que le loup a dégusté sa proie.

Ma chère madame sachez que tout frimeur vit aux dépens de celui qui l'écoute.

Cette remarque vaut bien une cigale n'est ce pas ?

Et la belette parti dans un trou pour cacher sa honte.

Margaux CM2

 

Le renard et la cigale

4 personnages : le narrateur, la cigale, le renard et le corbeau.

Le narrateur : Le renard voit des raisins sur un pied de vigne; comme il n'y pouvait atteindre, la cigale lui propose une grappe.

La cigale : Je te donne une grappe et en échange tu me donnes des sous pour payer la fourmi car j'ai une grosse dette envers elle.

Le renard : je n'ai pas d'argent sur moi !

La cigale : Alors donne moi de la nourriture, d'accord ?

Le renard : je vais chercher de la nourriture et tu me donnes la grappe de raisin, marché conclu !

Le narrateur : Alors le renard lui fait croire qu'il a de la nourriture dans son sac et la cigale lui cueille la grappe de raisin. Un corbeau arrive en rase-mottes et attrape la grappe de raisin au vol.

Le corbeau : un fromage vaut bien quelques grains de raisin, mon bon monsieur.

Le narrateur : Le renard, honteux et confus, partagea le fromage qui était tombé de son sac avec la cigale, qui avait complètement oublié la fourmi.

Créé par Pierre-Louis CM1 et Manon CE2.

 

LE RENARD ET LA CIGOGNE

trois personnages (le narrateur, le renard et la cigogne).

Narrateur : Compère le Renard se mit un jour en frais,

Et retint à dîner commère la Cigogne.

Le régal fut petit, et sans beaucoup d'apprêts :

Le Galant pour toute besogne

Avait un brouet clair (il vivait chichement).

Ce brouet fut par lui servi sur une assiette.

La Cigogne au long bec n'en put attraper miette ;

Et le Drôle eut lapé le tout en un moment.

Pour se venger de cette tromperie.

A quelque temps de là, la cigogne le prie :

la cigogne : voudriez-vous venir manger ?

Le renard : Volontiers, car avec mes amis je ne fais point cérémonie.

Narrateur : A l'heure dite il courut au logis

De la Cigogne son hôtesse ;

Loua très fort sa politesse,

Trouva le dîner cuit à point.

la cigogne: Bon appétit surtout ;

narrateur : Renard n'en manque pas.

Il se réjouissait à l'odeur de la viande

Mise en menus morceaux, et qu'il croyait friande.

On servit pour l'embarrasser

En un vase à long col et d'étroite embouchure.

Le bec de la Cigogne y pouvait bien passer,

Mais le museau du Sire était d'autre mesure.

Il lui fallut à jeun retourner au logis,

Honteux comme un Renard qu'une Poule aurait pris,

Serrant la queue, et portant bas l'oreille.

Trompeurs, c'est pour vous que j'écris :

Attendez-vous à la pareille.

Modifié par Timothée Massot-Pellet CM2

Voici une fable écrite deux mille ans avant que naisse Jean de la Fontaine...

LA CIGALE ET LES FOURMIS

Pendant l’hiver, leur blé étant humide, les fourmis le faisaient sécher. La cigale, mourant de faim, leur demandait de la nourriture. Les fourmis lui répondirent:

"Pourquoi en été n’amassais-tu pas de quoi manger ?

- Je n’étais pas inactive, dit celle-ci, mais je chantais mélodieusement."

Les fourmis se mirent à rire.

"Eh bien, si en été tu chantais, maintenant que c’est l’hiver, danse."

Cette fable montre qu’il ne faut pas être négligent en quoi que ce soit, si l’on veut éviter le chagrin et les dangers.

Esope

 

QUI ETAIT ESOPE ?

Considéré comme l’inventeur de la fable, Esope est un personnage à demi-légendaire qui aurait vécu au IVe siècle avant J.-C.

On raconte qu’il était un esclave très laid, mais tellement intelligent, que son maître l’affranchit. Le roi le choisit alors comme messager.

En parcourant le pays, Esope racontait des histoires moralisatrices aux gens qu’il rencontrait. Mais pour ne pas les offenser, il choisissait comme héros de ses fables des animaux plutôt que des personnages.

 

LA CIGALE ET LA FOURMI

3 personnages : narrateur, la fourmi et la cigale

narrateur : La Cigale, ayant chanté

Tout L'Été,

Se trouva fort dépourvue

Quand la bise fut venue.

Pas un seul petit morceau

De mouche ou de vermisseau..

Elle alla crier famine

Chez la Fourmi, sa voisine.

La priant de lui prêter

Quelque grain pour subsister

Jusqu'à la saison nouvelle.

cigale : " Je vous paierai,

Avant l’août, foi d'animal,

Intérêt et principal. "

narrateur : la fourmi n’est pas prêteuse : c’est là son moindre défaut..

fourmi : " Que faisiez-vous au temps chaud ?

narrateur : Dit-elle à cette emprunteuse.

cigale : Nuit et jour à tout venant je chantais, ne vous déplaise.

fourmi : Vous chantiez ? j'en suis fort aise : Eh bien! dansez maintenant. "

Modifié par Quentin et Jérémy

 

La cigale et la fourmi

Version argot

La cigale ayant glandouillé tout l'été.

Se trouva fort embêté quand un froid de canard arriva.

Pas le moindre petit morceau de bouffe.

Ni de petit asticot ni de mouche.

Elle alla sonner chez sa voisine

Pour demander un peu d'bouffe

Pour survivre à cette effroyable saison.

"J'vous donnerai l'fric avant d'crever foi d'cigale intérêt et principal".

La fourmi est vraiment rapiat car elle prête jamais rien.

ça c'est son moindre défaut.

" je soupçonne que vous avez poiroté tout l'été et quand vient l'hiver pas un poil de bouffe" dit la fourmi à sa cousine.

" Tout l'été je braillais dans un jardin rempli de fleurs pourries et fanées ça vous pose un blème".

"Vous brailliez et ben dansez maintenant.

Massot-Pellet Timothée CM2

 

 

LA CIGALE ET LE PETIT CHAT

La cigale avait chanté tout l'été

Le petit chat en eut marre de tout ça.

Alors il décida de croquer la demoiselle.

La cigale alertée alla se cacher chez sa voisine.

Mais sa voisine malhonnête cafta au chat

où était cachée la sale petite bête.

Le petit chat retrouva la maudite cigale

et se la croqua sans faire de procès.

créé par Pierre CE2 et Lucas CM1.

 

 

Suite du petit chat

narrateur : le petit chat décida d'aller se plaindre au juge ( le renard ).

Le renard va interroger la cigale.

La cigale : Je dois chanter pour mes amies les fourmis qui travaillent beaucoup.

le chat : Je suis bien trop fatigué par tout ce bruit.

la cigale : C'est mon métier de chanter tout l'été.

le corbeau (qui est l'avocat du chat) : Je comprends bien que vous chantiez pour vos amies mais ça dérange tout le monde.

le juge ( renard ) : de toute manière vous irez en prison.

narrateur : toute l'histoire se termine là.

Lucas Vouillot CM1

 

LE CHENE ET LE ROSEAU

Trois personnages : le narrateur, le chêne et le roseau

narrateur : Un jour le chêne dit au Roseau :

le chêne : Vous avez bien sujet d'accuser la Nature ;

Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.

Le moindre vent qui d'aventure.

Fait rider la face de l'eau,

Vous oblige à baisser la tête :

Cependant que mon front, au Caucase pareil,

Non content d'arrêter les rayons du Soleil,

Brave l'effort de la tempête.

le roseau : Tout vous est Aquilon ; tout me semble Zéphir.

Encore si vous naissiez à l'abri du feuillage

Dont je couvre le voisinage ;

Vous n'auriez pas tant à souffrir :

Je vous défendrais de l'orage ;

Mais vous naissez le plus souvent

Sur les humides bords des Royaumes du vent.

La Nature envers vous me semble bien injuste.

le chêne : Votre compassion,

Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci.

Les vents me sont moins qu'à vous redoutables.

Je plie et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici

Contre leurs coups épouvantables résisté sans courber le dos ;

Mais attendons la fin. "

narrateur :Comme il disait ces mots

Du bout de l'horizon accourt avec furie

Le plus terrible des enfants

Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.

Le vent redouble ses efforts,

Et fait si bien qu'il déracine

Celui de qui la tête au Ciel était voisine,

Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts.

modifié par Margaux CM2 et Mathilde CM2

 

LE VIEILLARD ET L'ÂNE

trois personnages : le narrateur, le vieillard et l'âne.

narrateur : Un Vieillard sur son Âne aperçut, en passant,

Un pré plein d'herbe et fleurissant:

Il y lâche sa bête, et le Grison se rue

Au travers de l'herbe menue,

Se vautrant, grattant, et frottant,

Gambadant, chantant, et broutant,

Et faisant mainte place nette.

L'ennemi vient sur l'entrefaite.

Le vieillard : "Fuyons.

L’âne: Pourquoi ? Me fera-t-on porter double bât, double charge ?

Le vieillard : Non pas,

Le narrateur : Le vieillard prit le large.

L'âne : Et que m'importe donc, à qui je sois ?

Sauvez-vous, et me laissez paître.

Notre ennemi, c'est notre maître :

Je vous le dis en bon français."

modifié par Lucas CM1 et Mélanie CM2

 

 

Une vieilleville et l'anélastique

Une vieilleville sur son anélastique aperçut en passant

Un préambule Plekhanov d'herbosier et fleurissant ;

Il y lâche son bêtisier et le grisouteux se Ruggieri

Au travertin de l'herbosier ményanthe,

Se végétant, gravant et frouant,

Gambillant, chapitrant et broyant,

Et falsifiant maïolique placentation netsurfeur.

L'ennuyant vient sur activer l'entrelacs

Fuyons, dit alpaga le vieilleville.

Pourrissoir ? répondit le paillé :

Me fera t'once porter doublement bâtard, doublement chari'a ?

Non paso doble, dit le vieilleville, qui prit le d'abouchement le Largillière.

Et que m'imposable dong dit l'anélastique à quicageon je sois.

Sauvez-voûtez et laissez palabrer.

Notule ennuyant, c'est notule maîtrise :

Je voûter le dis énarchie bonapartiste franchisage.

Modifié par Amandine CM2 et Mélanie CM2

 

 

LE LABOUREUR ET SES ENFANTS

Deux personnages (Le narrateur et le père)

Le narrateur :Travaillez, prenez de la peine:

C'est le fonds qui manque le moins.

Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,

Fit venir ses Enfants, leur parla sans témoins.

Le père :" Gardez-vous de vendre l'héritage

Que nous ont laissé nos parents:

Je ne sais pas l'endroit; mais un peu de courage

Vous le fera trouver: vous en viendrez à bout.

Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'août:

Creusez, fouillez, bêchez; ne laissez nulle place

Où la main ne passe et repasse."

Le narrateur :Le Père mort, les Fils vous retournent le champ,

Deçà, delà, partout: si bien qu'au bout de l'an

Il en rapporta davantage.

D'argent, point de caché. Mais le père fut sage

De leur montrer, avant sa mort,

Que le travail est un trésor.

Modifié par Manon CE2 et Cyndie CM1

 

 

LE CHEVAL ET LE LOUP

Trois personnages : le Loup, le Cheval et le Narrateur.

Le narrateur : Un certain Loup, dans la saison

Que les tièdes zéphyrs ont l'herbe rajeunie,

Et que les animaux quittent tous la maison

Pour s'en aller chercher leur vie;

Un Loup, au sortir des rigueurs de l'hiver,

Aperçut un Cheval qu'on avait mis au vert.

Je laisse à penser quelle joie.

Le loup : " Bonne chasse, qui l'aurait à son croc

Eh! que n'es-tu mouton! car tu me serais hoc,

Au lieu qu'il faut ruser pour avoir cette proie.

Rusons donc."

Le narrateur : Ainsi dit-il vient à pas comptés;

Se dit écolier d'Hippocrate;

Qu'il connaît les vertus et les propriétés

De tous les simples de ces près;

Qu'il sait guérir, sans qu'il se flatte,

Toutes sortes de maux. Si dom Coursier voulait

Ne point celer sa maladie,

Lui Loup gratis le guérirait;

Car le voir en cette prairie

Paître ainsi, sans être lié,

Témoignait quelque mal, selon la médecine.

Le cheval : " J'ai, Une apostume sous le pied.

Le loup: - Mon fils, il n'est point de partie

Susceptible de tant de maux.

J'ai l'honneur de servir Nos seigneurs les Chevaux,

Et fais aussi la chirurgie."

Le narrateur : Mon galant ne songeait qu'à bien prendre son temps,

Afin de happer son malade.

L'autre, qui s'en doutait, lui lâche une ruade,

Qui vous lui met en marmelade

Les mandibules et les dents.

Le loup (fort triste, à lui même) : " C'est bien fait, Chacun à son métier doit toujours s'attacher. Tu veux faire Ici l'arboriste, Et ne fus jamais que boucher."

Modifié par Amandine CM2.

 

L’aigle la buse et le martien

Un martien est arrivé sur la terre.

Un aigle et une buse l’ont vu atterrir sur la terre.

Le martien sortit de la soucoupe la buse et l’aigle arrivèrent.

Et lui ont dit " bonjour monsieur inconnu !"

l'Aigle et la buse s’envolèrent dans un arbre.

Le martien s’envola, lui aussi, dans l'arbre et donna des fruit venant de sa planète mars.

L’aigle et le martien s’envolent et parlent de la buse.

Le martien repartit dans son monde en leur disant au revoir.

L’aigle dit :"j'ai faim, allons manger à Mac-Donald". Après avoir bien mangé, l'aigle et la buse allèrent dormir.

Pendant ce temps, sans se soucier de rien, le loup et lion s'amusaient à la bagarre.

Damien CE2

 

L'AIGLE ET LE HIBOU

quatre personnages : le narrateur, l’aigle, le hibou et une personne.

le narrateur : L'Aigle et le Chat-huant leurs querelles cessèrent,

Et firent tant qu'ils s'embrassèrent.

L'un jura foi de roi, l'autre foi de hibou,

Qu'ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou.

le hibou : " Connaissez-vous les miens ?

l'aigle : Non,

le hibou : - Tant pis,

Je crains en ce cas pour leur peau:

C'est hasard si je les conserve.

Comme vous êtes roi, vous ne considérez

Qui ni quoi: rois et dieux mettent, quoi qu'on leur dise,

Tout en même catégorie.

Adieu mes nourrissons, si vous les rencontrez.

l'aigle: - Peignez-les-moi, ou bien me les montrez ; je n'y toucherai de ma vie."

Le Hibou : " Mes petits sont mignons,

Beaux, bien faits, et jolis sur tous leurs compagnons:

Vous les reconnaîtrez sans peine à cette marque.

N'allez pas l'oublier; retenez-la si bien

Que chez moi la maudite Parque

N'entre point par votre moyen."

Le narrateur : Il advint qu'au Hibou Dieu donna géniture:

De façon qu'un beau soir qu'il était en pâture,

Notre Aigle aperçut d'aventure,

Dans les coins d'une roche dure,

Ou dans les trous d'une masure

(Je ne sais pas lequel des deux),

De petits monstres fort hideux,

Rechignés, un air triste, une voix de Mégère.

l'aigle : " Ces enfants ne sont pas à notre ami. Croquons-les."

Le narrateur : Le galand n'en fit pas à demi:

Ses repas ne sont point repas à la légère.

Le hibou, de retour, ne trouve que les pieds

De ses chers nourrissons, hélas! pour toute chose.

Il se plaint; et les Dieux sont par lui suppliés

De punir le brigand qui de son deuil est cause.

une personne : " N'en accuse que toi,

Ou plutôt la commune loi

Qui veut qu'on trouve son semblable

Beau, bien fait, et sur tous aimable.

Tu fis de tes enfants à l'Aigle ce portrait:

En avaient-ils le moindre trait ?"

Modifié par Alexia CM1 et Mélissa CM1

 

LE COQ ET LE RENARD

trois personnages : le narrateur, le renard et le coq.

le narrateur : Sur la branche d'un arbre était en sentinelle

Un vieux Coq adroit et matois.

le renard : Frère, (adoucissant sa voix) Nous ne sommes plus en querelle

Paix générale cette fois.

Je viens te l'annoncer ; descends que je t'embrasse ;

Ne me retarde point de grâce :

Je dois faire aujourd'hui vingt postes sans manquer.

Les tiens et toi pouvez vaquer

Sans nulle crainte à vos affaires :

Nous vous y servirons en frères.

Faites-en les feux dès ce soir.

Et cependant viens recevoir

Le baiser d'amour fraternelle.

le coq : Ami, je ne pouvais jamais apprendre une plus douce et meilleure nouvelle

que celle de cette paix.

Et ce m'est une double joie

De la tenir de toi. Je vois deux Lévriers,

Qui, je m'assure, sont courriers

Que pour ce sujet on envoie.

Ils vont vite, et seront dans un moment à nous.

Je descends ; nous pourrons nous entrebaiser tous.

le renard - Adieu, : ma traite est longue à faire.

Nous nous réjouirons du succès de l'affaire

Une autre fois.

le narrateur : Le Galant aussitôt

Tire ses grègues, gagne au haut,

Mal content de son stratagème ;

Et notre vieux Coq en soi-même

Se mit à rire de sa peur ;

Car c'est double plaisir de tromper le trompeur.

Modifié par Pierre CE2 et Théo CE2

 

LE LAPIN

Il était une fois un groupe d'animaux : il y avait; une taupe, une tortue, un serpent, un aigle, un ourson et un lapin. Ce groupe d’animaux vivait heureux dans un terrier. C’était un mardi, ils étaient tranquilles, quand un lapin vint... Ils le virent mettre un pétard devant leur terrier. Pendant ce temps, l'aigle revenait de chasse et vit lui aussi le pétard. Il le prit et le balança dans l'herbe. Une grosse explosion retentit juste devant le terrier, des morceaux de terre se dirigèrent vers l’entrée du terrier et le terrier se boucha.

" Qu'est-ce qu'on va faire ?" dit le petit ourson.

"Je ne sais pas " dit la tortue.

" Je crois que c'était mon frère, il fait plein de bêtises" dit le lapin.

" je sais ce que je vais faire, je vais passer sous l'éboulement et je vais détruire l'éboulement" dit la taupe.

Le serpent dit " je vais aller avec l'aigle le piéger ".

Le lendemain, ils partirent de bonne heure pour piéger le lapin. Lorsque le lapin arriva, le serpent lui fit peur, l'aigle l'attrapa par la peau du coup et l'emmena au Pôle Nord.

Timothée CM2 et Nelson CM1

 

LE RENARD ET LES RAISINS

Deux personnages (le renard et le narrateur)

Le narrateur : Certain Renard gascon, d'autres disent normand,

Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille

Des Raisins mûrs apparemment,

Et couverts d'une peau vermeille.

Le galand en eût fait volontiers un repas;

Mais comme il n'y pouvait atteindre:

Le renard : " Ils sont trop verts, et bons pour des goujats. "

Le narrateur : Fit-il pas mieux que de se plaindre ?

Modifié par Salerno Merlin CM2

 

LE RENARD ET LES ZAINRAIS

Certain Renard scongas, d'autres zedi normand,

ranmou presque de faim, vit au haut d'une illetrei

Des zainrais mûrs apparemment,

Et vèrcous d'une peau meillever.

Le langa en eût fait lontiervau un pare;

Mais comme il n'y vaipou atteindre:

" Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des jagouts. "

tilfi pas mieux que de se dreplain ?

modifié par Quentin CM2 et Jérémy CM2

LE LION ET LE CHASSEUR

Trois personnages.( le narrateur, le chasseur et le berger )

Le narrateur : Un fanfaron, amateur de la chasse,

Venant de perdre un chien de bonne race,

Qu'il soupçonnait dans le corps d'un Lion,

Vit un berger:

Le chasseur : "Enseigne-moi, de grâce,

De mon voleur, la maison,

Que de ce pas je me fasse raison."

Le Berger : "C'est vers cette montagne.

En lui payant de tribut un mouton

Par chaque mois, j'erre dans la campagne

Comme il me plaît, et je suis en repos."

Le narrateur : Dans le moment qu'ils tenaient ces propos,

Le Lion sort, et vient d'un pas agile.

Le chasseur : "O Jupiter, montre-moi quelque asile,

Qui me puisse sauver!"

Le narrateur : La vraie épreuve de courage

N'est que dans le danger que l'on touche du doigt:

Tel le cherchait, qui, changeant de langage,

S'enfuit aussitôt qu'il le voit.

Modifié par David CM2 et Thibaud CM2.

 

LA GRENOUILLE QUI SE VEUT FAIRE AUSSI GROSSE QUE LE BOEUF

Trois personnages (le narrateur, la grenouille et le bœuf)

Le narrateur : Une Grenouille vit un Bœuf

Qui lui sembla de belle taille.

Elle qui n'était pas grosse en tout comme un œuf, envieuse s'étend, et s'enfle, et se travaille

Pour égaler l'animal en grosseur, disant.

La grenouille : " Regardez bien, ma sœur.

Est-ce assez ? dites-moi : n'y suis-je point encore ?

Le bœuf : -Nenni!

La grenouille : - M'y voici donc?

Le bœuf : - Point du tout.

La grenouille : - M'y voilà ?

Le bœuf : -Vous n'en approchez point. "

Le narrateur : La chétive pécore,

S'enfla si bien qu'elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :

Tout Bourgeois veut bâtir comme les grands Seigneurs,

Tout petit Prince a des Ambassadeurs,

Tout Marquis veut avoir des pages.

Modifié par Pierre-Louis CM1, Quentin CM1

 

 

LA NOUYGRE QUI SE VEUT FAIRE AUSSI SEGRO QUE LE BOEUF

 

Une nouygre vit un Boeuf

Qui lui blassan de belle yeta.

Elle qui n'était pas segro en tout meco un oeuf,

Envieuse s'étend, et se fleant et se vailletra

Pour égaler malelani en seurgro,

Disant : " gardére bien, ma soeur,

Est-ce sséa ? dites-moi : n'y suis-je point coran ?

- Nenni - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y lavoi ?

- Vous n'en chéapro point. " La tivché pécore

S'enfla si bien qu'elle vacre.

Le demon est plein de gens qui ne sont pas plus gessa :

Tout geoibourg veut tirba comme les grands nieursé,

Tout petit seprin a des sadeurambas,

Tout quimar veut avoir des gepas.

fiémodi par Tinquand 2MC et Miréjé 2MC

 

LA BELETTE ENTRÉE DANS UN GRENIER

(trois personnages : la belette, le rat, le narrateur)

Le narrateur : Damoiselle Belette, au corps long et flouet,

Entra dans un grenier par un trou fort étroit:

Elle sortait de maladie.

Là, vivant à discrétion,

La galande fit chère lie,

Mangea, rongea: Dieu sait la vie,

Et le lard qui périt en cette occasion!

La voilà, pour conclusion,

Grasse, mafflue et rebondie.

Au bout de la semaine, ayant dîné son soû,

Elle entend quelque bruit, veut sortir par le trou,

Ne peut plus repasser, et croit s'être méprise.

Après avoir fait quelques tours,

Belette : " C'est, l'endroit: me voilà bien surprise ;

J'ai passé par ici depuis cinq ou six jours. "

Le narrateur : Un Rat, qui la voyait en peine, lui dit :

Le rat : " Vous aviez lors la panse un peu moins pleine.

Vous êtes maigre entrée, il faut maigre sortir.

Ce que je vous dis là, l'on le dit à bien d'autres;

Mais ne confondons point, par trop approfondir,

Leurs affaires avec les vôtres. "

Modifié par : Quentin CM1, Geoffrey CM1

LE RAT DE VILLE ET LE RAT DES CHAMPS

Trois personnages : le narrateur; le rat de ville et le rat des champs.

le narrateur : Autrefois le rat de ville

Invita le Rat des champs,

D'une façon fort civile,

A des reliefs d'ortolans.

Sur un tapis de Turquie

Le couvert se trouva mis :

Je laisse à penser la vie

Que firent ces deux amis.

Le régal fut fort honnête,

Rien ne manquait au festin ;

Mais quelqu'un troubla la fête,

Pendant qu'ils étaient en train.

A la porte de la Salle

Ils entendirent du bruit;

Le Rat de ville détale,

Son camarade le suit.

Le bruit cesse, on se retire :

Rats en campagne aussitôt;

Et le citadin de dire :

Le rat des villes : Achevons tout notre rôt.

Le rat des champs : - C'est assez,

Le narrateur : dit le Rustique;

Le rat des champs : Demain vous viendrez chez moi ;

Ce n'est pas que je me pique

De tous vos festins de Roi.

Mais rien ne vient m'interrompre ;

Je mange tout à loisir.

Adieu donc ; fi du plaisir

Que la crainte peut corrompre. "

modifié par Solène CM1 et Cyndie CM1

 

LE LOUP ET LA CIGOGNE

(trois personnages : le narrateur, le loup, la cigogne)

Le narrateur : les Loups mangent gloutonnement.

Un Loup donc étant de frairie

Se pressa, dit-on, tellement.

Qu'il en pensa perdre la vie:

Un os lui demeura bien avant au gosier

De bonheur pour ce Loup, qui ne pouvait crier, près de là passe une Cigogne.

Il lui fait signe; elle accourt.

Voilà l'opératrice aussitôt en besogne.

Elle retira l'os; puis, pour un si bon tour,

Elle demanda son salaire.

Le loup : Votre salaire?

Vous riez, ma bonne commère

La Cigogne : Quoi? Ce n'est pas encore beaucoup

D'avoir de mon gosier retiré votre cou ?

Le loup : Allez, vous êtes une ingrate:

Ne tombez jamais sous ma patte. "

Modifié par Pierre-Louis CM1 Manon CE2

 

 

UN FOU ET UN SAGE

2 personnages : le narrateur et le sage

Narrateur : Certain Fou poursuivait à coups de pierre un Sage

Le Sage : Mon ami, c'est fort bien fait à toi, tu fatigues assez pour gagner davantage.

Toute peine, est digne de loyer.

Vois cet homme qui passe; il a de quoi payer : adresse-lui tes dons, ils auront leur salaire.

Narrateur : Amorcé par le gain, notre Fou s'en va faire, même insulte à l'autre Bourgeois.

On ne le paya pas en argent cette fois.

Maint Estafier accourt; on vous happe notre homme,

On vous l'échine, on vous l'assomme.

Auprès des Rois il est de pareil Fous.

A vos dépens ils font rire le Maître.

Pour réprimer leur babil, irez-vous

Les maltraiter? Vous n'êtes pas peut-être

Assez puissant. Il faut les engager

A s'adresser à qui peut se venger.

 

modifié par Yoann CM2

LE RENARD ET LE BOUC

3 personnages : le renard, le bouc et le narrateur

Narrateur : Capitaine Renard allait de compagnie

Avec son ami Bouc des plus haut encornés:

Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez;

L'autre était passé maître en fait de tromperie.

La soif les obligea de descendre en un puits:

Là chacun d'eux se désaltère.

Après qu'abondamment tous deux en eurent pris,

Le Renard : Que ferons-nous, compère ?

Ce n'est pas tout de boire, il faut sortir d'ici.

Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi;

Mets-les contre le mur: le long de ton échine

Je grimperai premièrement;

Puis sur tes cornes m'élevant,

A l'aide de cette machine,

De ce lieu-ci je sortirai,

Après quoi je t'en tirerai.

Le bouc : Par ma barbe, il est bon; et je loue

Les gens bien sensés comme toi.

Je n'aurais jamais, quant à moi,

Trouvé ce secret, je l'avoue.

Le narrateur : Le Renard sort du puits, laisse son compagnon,

Et vous lui fait un beau sermon

Pour l'exhorter à patience.

Le renard : Si le ciel t'eût, donné par excellence

Autant de jugement que de barbe au menton,

Tu n'aurais pas, à la légère,

Descendu dans ce puits. Or adieu: j'en suis hors;

Tâche de t'en tirer, et fais tous tes efforts;

Car pour moi, j'ai certaine affaire

Qui ne me permet pas d'arrêter en chemin. "

Le narrateur : En toute chose, il faut considérer la fin.

Laura Isnard CM2 et Justine Martin CM1

 

LE RENARD AYANT LA QUEUE COUPÉE

3 personnages : Le renard, Le narrateur et un deuxième renard

Le narrateur : Un vieux Renard, mais des plus fins,

Grand croqueur de poulets, grand preneur de lapins,

Sentant son renard d'une lieue,

Fut enfin au piège attrapé.

Par grand hasard en étant échappé,

Non pas franc, car pour gage il y laissa sa queue;

S'étant, dis-je, sauvé sans queue, et tout honteux,

Pour avoir des pareils (comme il était habile),

Un jour que les Renards tenaient conseil entre eux :

Le renard : " Que faisons-nous, dit-il, de ce poids inutile,

Et qui va balayant tous les sentiers fangeux?

Que nous sert cette queue? il faut qu'on se la coupe:

Si l'on me croit, chacun s'y résoudra,

Renard 2 : Votre avis est fort bon,

Le narrateur : dit quelqu'un de la troupe;

Le renard 2 : Mais tournez-vous, de grâce, et l'on vous répondra."

Le narrateur : A ces mots il se fit une telle huée, que le pauvre écourté ne put être entendu.

Prétendre ôter la queue eût été temps perdu:

La mode en fut continuée.

 

LE LOUP ET LE CHIEN

 

3 personnages : le narrateur, le chien et le loup.

Narrateur : Un Loup n'avait que les os et la peau ;

Tant les Chiens faisaient bonne garde.

Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,

Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde.

L'attaquer, le mettre en quartiers,

Sire Loup l'eût fait volontiers.

Mais il fallait livrer bataille ;

Et le Mâtin était de taille

A se défendre hardiment.

Le Loup donc l'aborde humblement,

Entre en propos, et lui fait compliment

Sur son embonpoint qu'il admire.

Le chien : Il ne tiendra qu'à vous, beau Sire,

D'être aussi gras que moi.

là quittez les bois, vous ferez bien :

Vos pareils y sont misérables,

Cancres, haines, et pauvres diables,

Dont la condition et de mourir de faim.

Car quoi ? Bien d'assuré ; point de hanche lippée

Tout à la pointe de l'épée.

Suivez-moi ; vous aurez un bien meilleur destin.

Le Loup : Que me faudra-t-il faire?

Le chien : Presque rien, donner la chasse aux gens

Portant bâtons, et mendiants;

Flatter ceux du logis, à son Maître complaire ;

Moyennant quoi votre salaire

Sera force reliefs de toutes les façons :

Os de poulets, os de pigeons ;

Sans parler de mainte caresse.

Le narrateur : Le Loup déjà se forge une félicité

Qui le fait pleurer de tendresse.

Chemin faisant il vit le col du Chien pelé

Le loup : Qu'est-ce là ?

Le chien : Rien.

Le loup : Quoi? rien?

Le chien : Peu

Le loup : Mais encore ?

Le chien : Le collier dont je suis attaché

De ce que vous voyez est peut-être la cause.

Le loup : Attaché ? Vous ne courez donc pas où vous voulez ?

Le chien : Pas toujours, mais qu'importe ?

Le loup : Il importe si bien, que de tous vos repas

Je ne veux en aucune sorte,

Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.

Narrateur : Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encore.

Modifié par Laura Isnard CM2

et Justine Martin CM1

 

 

 

LE LION ET LE MOUCHERON

3 personnages : le lion, le narrateur et le Moucheron

Le lion : Va-t'en, chétif Insecte, excrément de la terre

Le narrateur : C'est en ces mots que le Lion Parlait un jour au Moucheron.

L'autre lui déclara la guerre.

Le moucheron : Penses-tu, que ton titre de Roi

Me fasse peur, ni me soucie ?

Un Bœuf est plus puissant que toi,

Je le mène à ma fantaisie.

Le narrateur : A peine il achevait ces mots

Que lui-même il sonna la charge,

Fut le Trompette et le Héros.

Dans l'abord il se met au large,

Puis prend son temps, fond sur le cou

Du Lion, qu'il rend presque fou.

Le Quadrupède écume, et son oeil étincelle ;

Il rugit ; on se cache, on tremble à l'environ ;

Et cette alarme universelle

Est l'ouvrage d'un Moucheron.

Un avorton de Mouche en cent lieux le harcèle

Tantôt pique l'échine, et tantôt le museau,

Tantôt entre au fond du naseau.

La rage alors se trouve à son faîte montée.

L'invisible ennemi triomphe, et rit de voir

Qu'il n'est grise ni dent en la Bête irritée

Qui de la mettre en sang ne fasse son devoir.

Le malheureux Lion se déchire lui-même,

Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs,

Bat l'air qui n'en peut mais, et sa fureur extrême

Le fatigue, l'abat ; le voilà sur les dents.

L'Insecte du combat se retire avec gloire :

Comme il sonna la charge, il sonne la victoire,

Va partout l'annoncer, et rencontre en chemin

L'embuscade d'une Araignée ; Il y rencontre aussi sa fin.

Quelle chose par là nous peut être enseignée ?

J'en vois deux, dont l'une est qu'entre nos ennemis

Les plus à craindre sont souvent les plus petits;

L'autre, qu'aux grands périls tel a pu se soustraire,

Qui périt pour la moindre affaire.

modifié par Nelson Monge CM1

 

LE LOUP, LA CHÈVRE ET LE CHEVREAU

Quatre personnages : Le narrateur, le loup, la chèvre, le chevreau.

Le narrateur : La Bique, allant remplir sa traînante mamelle,

Et paître l'herbe nouvelle,

Ferma sa porte au loquet,

Non sans dire à son Biquet:

La chèvre : " Gardez-vous, sur votre vie,

D'ouvrir que l'on ne vous dis,

Pour enseigne et mot du guet:

" Foin du Loup et de sa race ! "

Le narrateur : Comme elle disait ces mots,

Le Loup de fortune passe;

Il les recueille à propos,

Et les garde en sa mémoire.

La Bique, comme on peut croire,

N'avait pas vu le glouton.

Dès qu'il la voit partie, il contrefait son ton,

Et d'une voix papelarde

Il demande qu'on ouvre, en disant:

Le loup : " Foin du Loup!"

Le narrateur : Et croyant entrer tout d'un coup. Le Biquet soupçonneux par la fente regarde:

Le chevreau : " Montrez-moi patte blanche, ou je n'ouvrirai point",

Le narrateur : S'écria-t-il d'abord. Patte blanche est un point chez les Loups, comme on sait, rarement en usage.

Celui-ci, fort surpris d'entendre ce langage,

Comme il était venu s'en retourna chez soi.

Où serait le Biquet, s'il eût ajouté foi

Au mot du guet que de fortune

Notre Loup avait entendu?

Deux sûretés valent mieux qu'une,

Et le trop en cela ne fut jamais perdu.

Modifié par Cyndie CM1 et Soléne CM1

 

Le temps des dinosaures.

Le narrateur : les dinosaures sont apparus pendant l'ère secondaire, il y a environ 250 millions d'années. Notre histoire va se passer pendant une durée de 183 millions d'années (le Trias, le Jurassique, le Crétacé). Voici l'histoire.

La visite du tyrannosaurus rex dans le village.

Le narrateur : Tous les mois le tyrannosaure fait le tour du village pour récolter les impôts.

Il va chez l'Euoplocéphalus qui lui donna la bonne somme (200 kilos de viande bien fraîche et surtout très saignante... )

Le tyrannosaure continua sa tournée jusqu'à ce qu'il arrive chez le vélociraptor qui n'avait pas la taxe demandée.

Le tyrannosaure : " TU N'AS PAS LA VIANDE !!!!!

le vélociraptor : - Glaglaglaglagla !!!

Le tyrannosaure : - Mais, comme je te connais et que je t'aime bien, je vais t'épargner pour cette fois ci; mais la prochaine fois couic !!!

Le narrateur : Le tyrannosaure continua son chemin pour aller chez le tricératops qui, comme tous les mois, avait préparé sa contribution.

Le tyrannosaure : - Bien, je vois que tu as la somme, comme tous les mois.

Le tricératops : - Merci je suis un ancien j'ai l'habitude.

Le narrateur : Le tyrannosaure lui raconta ce qui s'était passé avec le vélociraptor.

Le tyrannosaure : - En faite il n'avait pas la viande, alors je lui ai dit que c'était la première fois et j'ai reporté tout cela au mois prochain, mais là par contre ce sera le moment que je préfère, slurp !!!

Le narrateur : Celui-ci rentra chez lui à la fin de sa tournée.

Le prochain mois, est le dernier mois avant l'extinction des dinosaures causée par une météorite de 180 km de diamètre, ce qui a provoqué un raz de marée, qui a fait un très gros nuage de poussière dans le ciel et a il y a eu un grand "froid de canard". Mais heureusement ils avaient tous prévu leur nourriture. Ensuite le T-Rex refit sa tournée dans le village. Il alla comme tous les mois chez l'Euoplocéphalus qui lui donna la viande.

Il alla chez le vélociraptor qui n'avait pas la chair demandée :

Le tyrannosaure : - TU N'AS PAS LA VIANDE !!!

Le narrateur : Ils se battirent, des bruits de craquement d'os et de chair déchiquetée se firent entendre. A la fin le Tyrannosaure sortit tranquillement en se léchant les babines. Le tricératops très curieux demanda ce qui s'était passé :

Le tyrannosaure- Je l'ai mangé car il n'avait pas les impôts..."

 

Thibaud CM2 et David CM2

 

 

Le match " fabluleux "

La première équipe " terre " se compose : du singe dans les buts, du lion en défense, du chien en milieu et du loup en attaquant.

Dans l'équipe "ciel" nous avons : un aigle dans les buts, un rossignol en défense, une cigogne en milieu, un corbeau en attaquant et en arbitre notre chère amie la cigale.

Le coup d'envoi est donné pour l'équipe "terre" le loup fait la passe pour le chien, qui essaye de faire une mini transversale pour le lion, mais le corbeau l'intercepte, accélère, tire et le singe l'attrape.

Le singe renvoie le ballon au lion qui cette fois là joue au sol. Le lion fait une passe au loup qui accélère à son tour et se fait prendre la balle par la cigogne. Celle-ci fait une longue passe pour le corbeau qui tir de vraiment loin et qui marque un but. Le loup fait la passe au chien qui la fait au lion, le lion au loup qui fait un appel de balle puis s'amuse avec le ballon avant de faire un centre pour le lion qui est monté et qui marque GOAL!!!!

Il reste maintenant 5 minutes avant la fin du match oh, là, là ! j'avais oublié le match il y a eu une très belle occasion pour le rossignol mais qui tire à côté.

Bip, bip, bip, c'est la fin du match.

On doit jouer les prolongations elle vont durer 2 minutes, juste le temps pour marquer. La balle est pour l'équipe "ciel". Le corbeau fait la passe pour la cigogne, cette dernière la fait pour le rossignol qui se fait prendre la balle. Bip, bip, bip...

La séance des tirs aux buts va commencer.

Quatre tirs. L’équipe "terre" va commencer.

Le loup tire et c'est le but.

La cigogne tire et, elle aussi, à son tour marque.

Le chien, le corbeau, le lion et le rossignol marquent tous.

Maintenant c'est aux gardiens de tirer.

Le singe marque. Le moment tant attendu est arrivé. L'aigle tire et le singe arrête la balle.

Oh, là, là, l'équipe "terre" à gagné !!

Yoann Teulade CM2

 

 

La buse, l'aigle et le garçon

Trois personnages : le narrateur, l'aigle et le garçon

le narrateur : Le garçon était en train de jardiner et tout d'un coup l'enfant regarda dans le ciel et vit un aigle. L'aigle lui vint sur le bras.

Le garçon : qui es-tu toi ?

L'aigle : je suis un rapace.

le narrateur : Le garçon voit une buse dans le ciel. Le garçon demande à l'aigle :

le garçon : c'est ton ami, L'aigle ?

L'aigle : NON, c'est un méchant rapace.

le garçon : viens dans ma maison, tu seras tranquille.

Pierre Caretta CE2

 

 

L' aigle, le colibri et la colombe.

Deux personnages : le narrateur et le lion

le narrateur : Le roi des animaux, c'est à dire le lion, rassemble tous les oiseaux et leur dit:

Le lion : Mes amis les oiseaux, je ne peux pas voler, alors vous allez voler le plus haut possible et celui qui ira le plus haut sera le roi des oiseaux.

Le narrateur : Les rouge gorges tombent, la pie tombe, il ne reste plus que l'aigle la colombe et le colibri. Les trois oiseaux finissent par retomber en même temps.

Le lion : L'Aigle, tu seras le roi, toi la colombe tu seras la reine, et toi le colibri tu seras le prince et on t'appellera le roitelet.

 

Théo Bertrand CE2.

 

La chasse

Un jour, des perdreaux allèrent au bar pour faire une réunion.

Ils prirent leurs carabines.

Ils sortaient avec leurs lapins de chasse

Un petit lapin mordit les fesses du monsieur, et le monsieur tira sur le lapin.

Un groupe alla dans les arbres, et l'autre petit groupe marcha sur le chemin.

Les lapins tuèrent le monsieur.

Il le mirent au congélateur pour le manger l'hiver.

Geoffrey CE2

Contacts - Pédagogie - Journal d'école - Activités - Cantine - Inscriptions - Direction d'école - Calendrier scolaire - index des pages du site